Coin des membres

Ici vous pourrez donc acheter une place pour faire votre publicité sur le forum dans la petite fenêtre en haut de la page. Vous pouvez donc faire votre pub pour un scénario ou autre. Cette pub restera là-haut pendant une semaine. Il vous reste seulement à remplir le formulaire dans la partie shopping. Mais attention, il vous coutera 1000 points.
Le destin mêle les cartes, et nous jouons....



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Le destin mêle les cartes, et nous jouons....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMIN ∞ Adulez-moi

avatar

Messages : 493
Points : 1245
Date d'inscription : 05/03/2015
Age : 29
Je vis à : N° 163 C - BRONX
Métier : Pompier - Officier Chef de groupe à la FDNY
MessageSujet: Le destin mêle les cartes, et nous jouons.... Ven 2 Sep - 17:57


Le destin mêle les cartes, et nous jouons.
Riley & Sam
Voilà. La dernière victime de l'incendie était enfin hors de danger. Sam posa donc au sol cette petite fille, essayant de la réconforter après ce traumatisme, mais les larmes de l'enfant pourraient éteindre le feu qui consumait sa maison. Retirant son masque pour faire moins peur à l'enfant, elle essaya en vain de lui dire qu'elle aurait une nouvelle maison encore plus belle, et tout un tas de conneries, jusqu’à ce que la petite puisse enfin articuler quelques mots. "Poppy.... Poppy.... Poppy dedans...!" Poppy ? Sam laissa l'enfant sous la surveillance d'un pompier et se dirigea vers sa mère qui subissait quelques soins. " C'est qui : Poppy ?" demanda-t-elle à la femme au foyer. Celle-ci, reprenant ses esprits eut alors une expression d'horreur. Poppy était donc le chien de la maison, et malheureusement, il était toujours dedans. Elle regarda le pompier qui aidait la mère, puis l'enfant en pleurs. Il comprit tout de suite ce qui traversait l'esprit de la jeune femme : " Sam, on n'sait même pas si il est vivant, cette maison menace de s'effondrer d'un moment à l'autre..." dit-il pour dissuader son chef. Replaçant alors son masque à oxygène et son casque, elle lui dit en courant en direction du brasier : " Alors arrangez vous pour la faire tenir jusqu'à mon retour !"

Ca pouvait sembler idiot de risquer sa vie pour un chien peut-être déjà mort, mais Sam, bien qu'étant peu l'ami des quatre pattes, voyait surtout là une parcelle de son métier. Une vie était une vie, et Poppy ne méritait pas d'être abandonné dans cet enfer. Essayant d'appeler l'animal, elle chercha une trace de sa présence quelques longues minutes, jusqu'à entendre un son provenant de la cave. Elle sourit : non seulement il était en vie, mais en plus de ca, intelligent.  Si la cave avait été épargnée des flammes, la fumée y avait trouvé refuge. Elle découvrit le Beagle à moitié asphyxié par les fumées, apeuré. S'approchant de lui, elle retira son masque pour partager son oxygène avec la bête, passant son museau dedans. Quand à elle, elle se cacha le visage avec son bras libre, l'autre portant sa drôle de victime. Remontant les marches pour rejoindre le rez de chaussé, elle se retrouva bloquée à la porte, qu'elle n'arrivait plus a ouvrir. Le brouhaha autour d'elle lui laissait penser que quelque chose était tombé, et bloquait l'ouverture de la sortie. " On va s'en sortir Poppy, ça va aller..." dit-elle au chien, lui grattant la tête, cherchant une solution autour d'elle. Avec cette fumée, elle n'y voyait rien, et la toux commençait à la gêner... Elle donna quelques coups d'épaule pour défoncer la porte, mais sans résultat. " Plus fort ma puce... Tu peux le faire..." Sam écarquilla les yeux en voyant sa mère, ou plutôt, son fantôme, l'encourager. Il devenait urgent qu'elle sorte, elle commençait à avoir des hallucinations. Écoutant les conseils de sa maman, elle donna de violents coups dans la porte, d'une force qu'elle n'imaginait même pas avoir. L'un de ceux-ci lui arracha un cri de douleur, mais la porte s'entre ouvrit enfin. Elle n'avait pas le temps de pleurnicher, elle devait sortir, et vite...

Elle se laissa tomber sur la route dehors... Poppy était vivant... "Sam, ca va ?" demanda de façon trouble un de ses hommes... On lui mit un masque sur le visage... Elle chercha désespérément du regard le chien et sourit en voyant l'équipe le réhydrater, et l'animal remuer de la queue en voyant sa jeune maitresse... "Sam vous êtes avec nous?" Elle était dans le camion de pompiers, qui roulait. Elle cru entendre le mot hôpital dans la conversation lointaine... Et elle perdit définitivement connaissance. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle était dans un lit. Où était-elle ? Depuis quand y était-elle ? Où était sa tenue de pompier ? Paniquée, elle se redressa d'un coup, jusqu'à ce que son bras lui arrache un cri... elle s'était luxée l'épaule dans son combat contre la porte, ce qui expliquait l'écharpe.  Désorientée, elle tenta de se lever, luttant contre sa propre douleur, et retomba sur son lit, son corps appuyant probablement sur la sonnette d'appel puisqu'une équipe débarqua. " Lâchez-moi, laissez-moi !" se débattit-elle, n'ayant pas réalisé là où elle était. Du moins, jusqu'à voir ce visage familier, avec une blouse blanche. Un médecin.. Ce type, là, c'était son médecin ? Ce type avec qui elle avait passé une nuit, quelques semaines plus tôt.... Elle n'avait que quelques flash de cette soirée, notamment celui où elle parlait avec ce gars là, celui où elle mentait en disant s'appeler Shae, celui où elle se faisait plaquée contre un mur, celui où elle se  faisait déshabiller dans un appart, celui du Docteur probablement, celui où ils s'amusaient bien tous les deux, et surtout celui où elle partait sans bruit de chez lui... L'option retomber dans le coma était-elle possible ? Faisant les gros yeux, elle tourna doucement la tête, honteuse, espérant que ses cheveux cachent son visage et qu'il ne savait pas qui elle était...

Emi Burton

_________________
« J'suis pas bien dans ma tête, maman. J'ai perdu le gout de la fête, maman. Regarde comme ta fille est faite, maman. J'trouve pas de sens à ma quête, maman.   »
« Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire... la nuit la vie est moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MINI POUCE ∞ J'suis trop cool

avatar

Messages : 21
Points : 9
Date d'inscription : 30/08/2016
Métier : Médecin
MessageSujet: Re: Le destin mêle les cartes, et nous jouons.... Dim 4 Sep - 10:39



   Sam & Riley
   Le destin mêle les cartes, et nous jouons...

D
es papiers, des papiers et encore des papiers. Riley les voyait s'entasser sur son bureau et ne savait vraiment plus où donner de la tête. Maintenant qu'il était titulaire ça ne rigolait plus, il avait du travail et ce n'était pas de tout repos. Cette ville regorgeait de personnes à problème qui adore l'hôpital, ne serait-ce que pour un petit bobo. Riley commença à trier ses papiers par ordre d'importance, une fois fait il s'attaqua alors au plus pressant des document : celui en haut de la pile. Il enchaîna de cette façon pendant une bonne demie heure avant de s'arrêter sur une photo. Riley venait de terminer de lire ce document, c'était à ranger dans un dossier pour une patiente qui venait d'être admise. Avant de glisser la feuille dans son porte-document en papier, il remarqua la photo de la jeune femme. Il s'arrêta un instant. La veille dans le feu de l'action, en l'admettant aux urgences, Riley n'avait peut être pas fait attention mais maintenant qu'il s'attardait plus dessus il commençait à la reconnaître. C'est alors qu'il se mit à relire toute la fiche en détail. S'il s'agissait vraiment de la jeune femme qu'il pensait, elle l'avait facilement menti sur tout. Quelle importance après tout, ils avaient passé une agréable nuit ensemble et elle s'était faufilé en douce le lendemain matin. Ca ne l'avait pas dérangé, au contraire ça l'avait même évité de trouver une excuse pour la mettre à la porte. Ils avaient donc été sur la même longueur d'onde durant tout le long de leur rencontrer jusqu'au départ. Et puis ce matin il la retrouvait, sous un autre nom, une autre profession, en bref une toute autre personnalité. Il ne pouvait s'empêcher de sourire.
Des infirmiers et infirmières se mirent à s'agiter près du bureau de Riley, il en sortit pour comprendre ce qui se passait. Sam venait de se réveiller et faisait une crise de panique. Riley avait gardé le dossier à la main, il couru jusqu'à la chambre de la patiente et jeta le document sur le chevet avant de la maîtriser avec l'aide de ses collègues. Pas besoin de lui injecter quoi que ce soit, elle se calma immédiatement à la grande surprise de tout le monde. Riley demanda alors de les laisser seuls, il reprit le dossier à la main et s'approcha d'elle. Une fois tous le monde dehors il lu la fiche.

« Mlle Kalama, pompier, admise pour une intoxication aux fumées d'incendie. Vous avez eu une oxygénothérapie et on vous a enlevé le masque il y a deux heures. »

Il ferma le dossier et la regarda avec un petit sourire. Ce qu'il venait de dire ne voulait peut être pas dire grand chose pour elle, mais pour lui ça voulait dire qu'elle respirait mieux, qu'elle s'en remettait petit à petit.

« On va vous garder encore quelques temps en observation au cas où. Mais vous êtes sur la bonne voie... Shae. »

Un plus grand sourire s'afficha sur ses lèvres, il savait désormais qu'elle s'appelait Sam mais il n'avait pas trouvé mieux pour lui montrer qu'il se rappelait d'elle.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN ∞ Adulez-moi

avatar

Messages : 493
Points : 1245
Date d'inscription : 05/03/2015
Age : 29
Je vis à : N° 163 C - BRONX
Métier : Pompier - Officier Chef de groupe à la FDNY
MessageSujet: Re: Le destin mêle les cartes, et nous jouons.... Lun 5 Sep - 22:48


Le destin mêle les cartes, et nous jouons.
Riley & Sam
Sam se sentait doublement idiote. D'une part, à cause de cette crise de panique, qui semblait pourtant justifiée. C'est vrai que ce réveil lui avait donné l'impression d'être tout droit sorti d'un mauvais film, et elle n'avait guère laissé du temps à sa raison pour évaluer la situation. Et d'une autre part, la présence de ce type lui faisait prendre conscience de Ô combien elle pouvait être stupide lorsqu'elle se retournait la tête le soir. Mais en même temps, c'était plus ou moins le but qu'elle cherchait lorsqu'elle faisait ça. Essayant de se la jouer discrète, elle évita tout nouveau contact visuel avec lui. Rapidement, la salle se vida de toute équipe médicale, le medecin demandant à ces derniers de quitter la chambre. Elle allait devoir rester seule avec lui ? Vraiment ? Assise sur le bord du lit, elle cacha comme elle le pouvait ses jambes, avec le drap de son lit d'appoint, mal à l'aise. C'était débile de jouer à la prude, il l'avait déjà vue nue finalement. Peu importe, aujourd'hui elle était sobre, et le regard d'un homme, même médecin, la mettait mal à l'aise. Même si ça n'était que des jambes. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle faisait des excès le soir, lorsqu'elle avait envie d'être une autre femme... Le jeune homme prit la parole, lisant une sorte de compte rendu de sa situation. Il avait un ton distant, qui lui laissait espérer qu'il avait lui même trop bu l'autre soir, et qu'il ne se souvenait pas d'elle. C'était un réel soulagement pour la jeune femme. Elle ne se risqua pas à croiser son regard malgré tout, fixant le sol alors qu'il lui expliquait les soins qu'elle avait reçu. Il marqua une pause, et elle glissa son regard sur le coté, pour vérifier qu'il était toujours là. Ses jambes lui confirmèrent sa présence. Il reprit, pour lui indiquer qu'ils allaient la garder encore un peu. Elle soupira doucement. Elle n'avait franchement pas envie de rester, et puis, elle se sentait à peu près bien, ça ne servait pas à grand chose qu'elle soit ici... « Mais vous êtes sur la bonne voie... Shae. »

En entendant ce pseudo qu'elle se donnait, elle eut la sensation de recevoir un coup dans le ventre, et elle braqua alors son regard sur lui, étonnée, et gênée, ce qui se manifesta par ses joues teintées. Contrairement à lui qui affichait un grand sourire, Sam n'avait franchement pas l'air ravie qu'il ait si bonne mémoire. Après quelques secondes, elle regarda à nouveau ailleurs, cherchant une solution. elle reporta son attention sur lui, et marmonna de façon à peine audible " Non, Shae..." elle éclaircit alors sa voix : " Shae, c'est ma soeur." C'était tellement absurde. Mais venant d'une fille qui lui avait menti toute la soirée, ça n'était pas si surprenant non ? Elle se trouva ridicule. Il allait l'envoyer en service psychiatrique pour schizophrénie si elle continuait. Comme si il était en train de la juger, elle s'énerva un peu, passant une main dans ses cheveux pour les mettre en arrière, maintenant qu'elle n'avait plus à se cacher avec : " Bon, oui d'accord, c'est bon !!! Super Sherlock ! Démasquée... wouuuh... Maintenant arrêtez de sourire comme ça, ça m'énerves...!" ronchonna-t-elle,tirant le drap sur elle pour se lever. Elle portait ces espèces de blouses infectes, qui n'était pas fermées à l'arrière, et n'avait franchement pas envie de montrer ses fesses. Avec son unique bras valide, elle tenta tant bien que mal de s'enrouler dedans, mais capitula, n'y arrivant définitivement pas. Elle soupira et demanda alors à Riley, en affrontant son regard : " Je peux récupérer mes affaires ? Je vais bien, vraiment... J'aimerais retourner à la caserne..." Franchement ? Non, elle ne se sentait vraiment pas au top, mais elle ne se sentait pas à sa place ici non plus. Malgré sa demande, elle avait peu d'espoir qu'il soit de cet avis. Non seulement il venait de lui dire qu'ils allaient la garder en observation, mais il était surtout improbable qu'avec son épaule, elle puisse reprendre tout de suite le travail. Si au moins elle arrivait à se cacher dans son drap, elle partirait avec son accord ou pas. Ca allait finir par devenir une habitude de partir à peine réveillée...

Emi Burton

_________________
« J'suis pas bien dans ma tête, maman. J'ai perdu le gout de la fête, maman. Regarde comme ta fille est faite, maman. J'trouve pas de sens à ma quête, maman.   »
« Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire... la nuit la vie est moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MINI POUCE ∞ J'suis trop cool

avatar

Messages : 21
Points : 9
Date d'inscription : 30/08/2016
Métier : Médecin
MessageSujet: Re: Le destin mêle les cartes, et nous jouons.... Mar 13 Sep - 21:49



   Sam & Riley
   Le destin mêle les cartes, et nous jouons...

E
n réalité, le simple fait de retrouver une jeune femme qu'il avait rencontré en soirée le faisait sourire. C'était une situation plutôt courante, il va à une soirée pour décompresser et faire la fête, il rencontre quelqu'un (qu'il passe la nuit avec ou non c'est la même) et quelques temps plus tard il retrouve cette personne à l'hopital, du simple bobo au gros traumatisme ça variait. Riley lu son papier et lança un petit sous entendu pour lui montrer qu'il se souvenait d'elle. Il n'avait pas vraiment l'intention de l'ennuyer mais lorsqu'elle lui répondit il comprit qu'il n'avait pas du bien s'y prendre. D'abord il commença à se persuadé qu'elle lui disait la vérité et qu'elle avait bien une soeur, et puis elle se braqua. Le jeune homme ferma la plaquette et la posa sur la petite table à sa droite. Il croisa les bras et la regarda d'un air plus sérieux.

« Que vous vous appeliez Sam ou Shae c'est exactement pareil, ça n'est pas le plus important. »

Pour Riley c'était le dernier de ses soucis qu'elle lui ai menti, au contraire c'était un moyen sur qu'il ne la retrouve pas. Enfin pour le coup pas tout à fait parce qu'ils se sont quand même retrouvés. Elle avait eu ses raisons et Riley ne lui en voulait pas du tout. Il l'écouta demander ses affaires et fronça les sourcils. Euh... non ça ne va pas le faire ça par contre. Le jeune homme se redressa alors.

« Je crains que ça ne soit pas possible non. Je vous garde en observation. »

C'était pour son bien. Elle s'en remettait peut être bien, sur ça il n'y avait pas de soucis, mais elle n'était pas à l'abri d'une rechute ou d'un problème supplémentaire. Et quand bien même, il ne voulait pas la laisser s'en aller parce qu'il avait quand même des questions en tête. Même si le prénom n'était pas le plus important il se demandait pourquoi elle lui avait menti alors qu'au contraire elle avait beaucoup de mérite d'être chef des pompiers par exemple. Riley prit la télécommande de la télévision et lui donna en guise de ses "affaires". Le jeune médecin s'avança vers la petite table et pris la plaquette avec le dossier de sa patiente à l'intérieur.

« Je sais que vous vous occuperez. »

WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMIN ∞ Adulez-moi

avatar

Messages : 493
Points : 1245
Date d'inscription : 05/03/2015
Age : 29
Je vis à : N° 163 C - BRONX
Métier : Pompier - Officier Chef de groupe à la FDNY
MessageSujet: Re: Le destin mêle les cartes, et nous jouons.... Jeu 15 Sep - 19:40


Le destin mêle les cartes, et nous jouons.
Riley & Sam


Sam n'avait jamais trop aimé les hôpitaux - déjà enfant, elle les fuyait comme la peste - c'était donc tout naturel qu'elle veuille en partir. Et puis, cumulé à la présence de ce docteur, ça n'arrangeait pas la chose. Elle ne le détestait pas pourtant, elle avait passé une bonne soirée en sa compagnie - pour le peu dont elle se souvenait - mais elle était gênée. Pas uniquement parce qu’ils avaient couché ensemble, mais plus parce que cela c'était passé lors de l'une de ses soirées où elle ne voulait pas être cette femme qui était justement devant lui aujourd'hui. Elle lui demanda donc si elle pouvait repartir. Après tout, elle était adulte et pouvait prendre des décisions par elle même non ? Elle lui assura aller mieux même si il y avait là un leger mensonge. La façon catégorique avec laquelle il répondit la froissa, lui faisant froncer les sourcils. Comment ça pas possible ? Avait-il vraiment le droit de la garder ici contre son gré ?

La jeune femme étant parfois quelque peu paranoïaque se sentie rapidement prise pour cible. Même si elle avait conscience qu'il prenait cette décision pour son bien, elle ne pouvait s'empêcher de croire qu'il y avait là de la vengeance. Elle était partie de chez lui très tôt ce matin là, et ça avait blessé son égo ? Ca n'était pourtant pas le but. Il se vengeait donc aujourd'hui, en faisant pression pour la retenir ici, pour ne pas qu'elle lui échappe une deuxième fois ! Evidemment, le pompier était loin de savoir qu'en vérité, il s'en fichait pas mal, ni même qu'elle l'avait finalement arrangé en faisant ceci, lui épargnant le supplice qu'était de mettre quelqu'un à la porte une fois la petite affaire terminée. Ainsi, au lieu d'accepter et de lui rendre ses effets personnel, il lui offrit en compensation une télécommande, après avoir allumé la télévision avec celle-ci. La brune réceptionna l'objet dans sa main, regardant le docteur, légèrement incrédule, alors que sa théorie du complot prenait forme dans son esprit malmené. Le suivant du regard, elle remarqua sur la pochette de son dossier, le logo et le nom de l'hopital dans lequel elle avait été reçue. Celui de Brooklyn, celui là même où travaillait sa plus proche et unique amie : Kalyani. Ceci lui redonna un peu d'espoir. « Je sais que vous vous occuperez. » Elle releva alors son regard du document, pour croiser celui du medecin. Pensait-il vraiment qu'elle était le genre de femme a rester devant la télé, sans broncher ? Bon, certes, elle n'était pas contre une glandouille devant une rediffusion d'un match de basket par exemple, mais chez elle, pas ici ! Elle avait mieux à faire. " Non vous n'en savez rien, vous ne me connaissez pas.En revanche je connais très bien le Dr, Darcher, et je suis convaincue qu'elle me laisserait rentrer chez moi. " précisa-t-elle. Elle doutait que cela ait la moindre importance une fois avoir prononcé ces mots, pourtant dans sa tête ça sonnait mieux. Comme si, user du respect qu'avait les médecins envers leur consœur lui serait utile. En fin de compte, mieux valait pour Kaly qu'elle ne soit pas mise au courant. Si elle apprenait que Sam avait faillit y rester parce qu'encore une fois, elle avait foncé contre l'avis général, elle risquait de se mettre dans tous ces états.   " Laissez tomber..." dit-elle, effaçant cette idée de sa tête.

Sam n'avait pas si mauvais caractère en général. Elle était juste habituée à être celle qui prenait les décisions, notamment au boulot, et n'aimait pas qu'on s'oppose à celles-ci, le prenant que trop souvent comme une attaque personnelle. Sa décision étant de partir d'ici, l'opposition étant la garde en observation du docteur. Pourtant, pour une fois, elle allait devoir se résigner... Son regard se déporta alors sur un petit placard dans la chambre qui monopolisa son attention quelques secondes. Ses affaires n'étaient pas quelques part en la possession du brun, elles étaient forcément là ! Elle le regarda avec un demi sourire, satisfaite. Finalement, elle allait peut-être être victorieuse sur ce coup là. Elle comprit qu'il avait comprit qu'elle avait comprit, et, avant de se faire avoir, elle se leva pour aller reprendre ce qui lui appartenait. Se levant tout aussi précipitamment que lorsqu'elle s'était réveillée, elle grimaça en ressentant une douleur, similaire à la dernière, à l'épaule, mais l'ignora. Pourtant, elle se vit dans l'obligation interrompre son action. Peut-être l'avait-il retenue ? Ou peut-être l'avait-il soutenu ? Quoi qu'il en soit, elle venait d'avoir un vertige, confirmant la décision du medecin. Bon, d'accord, c'est peut-être pas juste pour me faire chier... pensa-t-elle. De mauvaise foi, elle dit alors : " C'est rien...Je crois que j'ai juste faim..." C'était pas totalement faux, en plus. Sam était un vrai ogre sur pattes. Prenant conscience qu'elle s'était trompée sur la non nécessité de sa présence ici, elle accepta ses tords en revenant sur sa position : " Bon...D'accord.. Je veux bien rester sagement ici, mais laissez moi au moins m'habiller que j'aille trouver quelque chose à manger, il est hors de question que je me balade les fesses à l'air dans tout l'hopital.." dit-elle, accusant ces tenues atroces qu'on faisait porter au patient.D'ailleurs, en prononçant ces mots, elle réalisa qu'elle s'était levée sans son super drap de protection... Passant son bras valide dans son dos, elle referma avec sa main l'ouverture qu'offrait le tissu sur son derrière.
Ca, la laisser aller manger, il pouvait accepter tout de même, non ?


Emi Burton

_________________
« J'suis pas bien dans ma tête, maman. J'ai perdu le gout de la fête, maman. Regarde comme ta fille est faite, maman. J'trouve pas de sens à ma quête, maman.   »
« Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire... la nuit la vie est moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le destin mêle les cartes, et nous jouons....

Revenir en haut Aller en bas

Le destin mêle les cartes, et nous jouons....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Le destin mêle les cartes et nous jouons. » [Antonella]
» Entorse au Destin > Le passé est derrière nous.
» La vie est un jeu auquel nous jouons tous {Erik Badica}
» "Le destin ne nous lâche pas"
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WRITTEN IN THE STARS :: Midtown :: The Brooklyn Hospital Center-