Coin des membres

Ici vous pourrez donc acheter une place pour faire votre publicité sur le forum dans la petite fenêtre en haut de la page. Vous pouvez donc faire votre pub pour un scénario ou autre. Cette pub restera là-haut pendant une semaine. Il vous reste seulement à remplir le formulaire dans la partie shopping. Mais attention, il vous coutera 1000 points.
Time is come : girlpower feat Sam



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Time is come : girlpower feat Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Time is come : girlpower feat Sam Lun 7 Mar - 18:04

     

Sam Kalama♦ Abigail Marshall

« Time is come : Girl Power!»
L
e retour à la caserne se fait dans le calme , en tout cas pour ce qui est des personnes présentes dans l'ambulance avec moi. Le camion de pompier nous devance; je sais pertinemment que j'ai pris mon poste il y à peu: et je dois voir la vérité en face, je n'arrive en rien à m'intégrer ici. Pensant que j'avais passé le plus dur lors de mon internat au Mercy Hospital je réalise que l'univers des pompiers tout comme les secouristes, surtout ceux de carrière sont dès plus sexiste ! Ils se demandent sans doute ce que je fiche ici, surtout en tant que volontaire, moi qui pensais naïvement que mes connaissances médicales prouveraient par elle même, que j'ai ma place parmi eux, je me suis largement trompée . Cependant il est hors de question que j’abandonne , en silence donc j’encaisse sans répondre ; pas la peine de me faire remarquer pour cela c’est bien assez compliqué ! Il faut dire qu’à la caserne nous ne sommes que deux femmes ! Pour autant Sam est la capitaine des pompiers, et est très respecté par ses hommes, alors pourquoi s’acharnent –ils sur moi ? Par frustration parce que sur moi ils peuvent se défouler que je ne peux leur nuire, j’en sais rien et je m’en fous ! Je demande juste qu’on me fiche la paix, tant que mon boulot est fait . Au tout début j’avais pris cela pour du bizutage, tu parles. Je ne dis rien à Jenna qui me soutient dans mon changement de carrière, gardant donc tout pour moi je commence sérieusement à bouillir.
Je ne peux pas faire marche arrière après tout j’ai fait le choix de refaire ma vie dans cette ville, et l’adversité ne m’a jamais fait renoncer ; avec le temps ils se lasseront. En attendant la journée est intense, les interventions se succédant le rythme est effréné. Et les remarques commencent alors que je n’ai pas encore un pied en dehors de l’ambulance ; vu mon comportement sur place . En effet sur le lieu d’intervention, une fois que les pompiers ont sécurisé les lieux nous avons pu entrer et la personne blessée était en pleine crise de panique, reconnaissant un léger autisme j’ai fait ce que j’ai tout simplement apprit lors des cours de psychologie en médecine. L’entourant de mes bras pour la calmer. La vertu est reconnue serrer fort quelqu’un en étant sur le côté fini par ralentir son rythme cardiaque tout simplement. Une fois plus calme nous avons pu faire les premiers soins et l’emmener à l’hôpital.
Entre autres railleries viennent les remarques sur le fait que certains d’entre eux veulent aussi des câlins et plus encore, et je n’évites pas les remarques salaces ; cette fois au lieu de me taire je m’adresse à un de mes collègues faisant partie du médical.
« - Je sais que t’as toujours pas digérée que j’ai une meilleure note que toi à l’examen, mais tu crois franchement y changer grand-chose ainsi ? Après tout tu ne sais que faire le coq quand tes potes sont-là, lâches-moi !
Je n’attends évidement aucune réponse et je doute l’avoir mouché mais je sature tout simplement, en plus je dis vrai, quand ses potes de co******* ne sont pas là, il se comporte tout à fait civiquement avec moi. Fatiguée donc par les interventions mais surtout ce climat je me dirige vers les vestiaires, qui pour couronner le tout sont mixtes, des remarques me reviennent en mémoire, ça ne me donne qu’une envie me taper le crâne contre la porte de mon casier ! Prenant mes affaires de rechange , enlevant ma chemise de secouriste portant un teeshirt taupe en dessous ; ayant attendu que tous sortent des douches afin de prendre la mienne. Aussi mal dans ma peau qu’au temps pourtant déjà loin du lycée, enveloppée dans ma serviette éponge je vérifie que les lieux sont désert avec d’entrer dans une cabine de douche accrochant la serviette en haut de la porte ouvrant l’eau chaude au maximum histoire de détendre si cela est possible mes nerfs. Rapidement je ressors habillée et en uniforme de nouveau ayant relevé mes cheveux en un chignon volontairement décoiffée . Mais alors que je finis de me préparer j’entends des remarques ou plutôt des fantasmes sur ma personne et la capitaine des pompiers , et des rires décidément je me crois à la maternelle ; il me faut une aspirine et vite la sortant de mo casier sans m’en rendre compte je me suis assise sur le banc quelques minutes plus tard finissant par craquer …
 

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN ∞ Adulez-moi

avatar

Messages : 493
Points : 1245
Date d'inscription : 05/03/2015
Age : 30
Je vis à : N° 163 C - BRONX
Métier : Pompier - Officier Chef de groupe à la FDNY
MessageSujet: Re: Time is come : girlpower feat Sam Mar 8 Mar - 0:11

Time is come : Girl Power!

 
feat. Abi & Sam

 
La caserne avait accueillit de nouveaux pompiers ainsi que de nouveaux secouristes. Si Sam avait plus ou moins rencontré chacun d'eux, elle avait volontairement évitée une recrue. Une nouvelle tête, féminine. Non pas qu'elle voulait être l'unique femme de la caserne, mais bien plus qu'elle avait peur de la rencontrer. Parce qu'elle connaissait les filles. D'une, du fait de n'être que deux, elle allait vouloir copiner avec Sam, ce dont elle n'avait pas du tout envie. De deux, elle allait vouloir être dans ce truc de : « il faut qu'on se serre les coudes ! » De trois, elle allait se faire chambrer par les autres, et Sam n'avait pas envie d'être témoin de ça. Se connaissant, elle allait rentrer dans le tas, et cette Abi n'aurait plus jamais aucune crédibilité. La défendre ne serait pas lui rendre service, elle devait apprendre à s'imposer elle même. Elle n'était ni sa grande sœur, ni son amie. Cette fille allait devoir se débrouiller seule. Comment avait-elle fait, elle ?

Le début de journée avait été particulièrement rempli, les interventions s'étant succédées les unes aux autres, dans un rythme épuisant. Loin de faire parti de ce genre de chefs qui ne donnent que des ordres, et qui envoient leurs hommes au front, Sam se joignait à eux, pour un travail en équipe.  Elle était parfois un peu perso, lorsqu'elle jugeait une situation trop dangereuse. Elle s'en chargeait elle même, n'ayant pas envie de risquer d'avantage la vie de ses pompiers en charge. De retour à la caserne, elle la découvrit relativement vide, pourtant quelques camions étaient déjà rentrés. Ce fut en s'approchant des vestiaires qu'elle entendit jacasser gaiement. Croisant les bras, tapis dans  l'obscurité de l'entrée, elle les écoutait, sans aucun amusement, comparé à leur rire. Il fut une époque ou Sam se battait aussi contre les propos sexistes de certains pompiers, mais c'était une lutte perdue. Si personne ne mouftait devant elle, elle ne pouvait guère empêcher les hommes de parler dans son dos de son physique. Elle avait mit un temps à l'accepter, mais pensait que, tant qu'ils la respectaient en face et qu'ils obéissaient aux ordres, elle n'avait pas à se plaindre. Elle avait fait beaucoup de chemin depuis son arrivée, et avait comprit qu'on ne change pas un homme. Mais dorénavant, elle n'était plus la seule a devoir supporter ça, la petite nouvelle aussi, et elle alimentait bon nombre de fantasme. Jugeant qu'il était temps de mettre fin à tout ça, Sam sortit de sa planque en se raclant la gorge afin de manifester sa présence. Quelques secondes plus tard, le silence régnait dans les vestiaires. «  Bien, quand les puceaux auront fini leur masturbation mentale, j'vous serais grée de bien vouloir quitter les vestiaires. Il ne me semble pas que ce soit le foyer ici. Si vous êtes en manque d'activité, j'peux vous trouver de quoi vous occuper avec seulement une éponge et de la javel... » Visiblement, vue la rapidité à laquelle tous le monde sortait, ils n'avaient guère envie d'être de corvée pour les sanitaires... Saluant les quelques personnes qu'elle n'avait pas encore vu aujourd'hui, Sam s'apprêta a quitter les vestiaires lorsqu'elle remarqua  cette nouvelle, au fond. Elle l'observa quelques secondes, se disant qu'elle ne devait pas y aller... mais elle était bien trop gentille pour partir en laissant cette fille dans sa tristesse.

Elle roula des yeux, comme pour envoyer chier sa voix intérieure qui lui interdisait d'y aller, et rejoignit la demoiselle vers son banc. «  Marshall, c'est bien ça ? »  demanda-t-elle comme pour vérifier son identité, mais surtout pour attirer son attention. Abigail Marshall, ca ne pouvait être qu'elle. Elle avait alors le choix de copiner avec, ce qu'elle n'avait pas du tout envie, ou de la faire réagir. «  Il me semble avoir demandé  à tout le monde de sortir des vestiaires, ça s'applique à toi aussi. Alors ressaisis-toi, ou rentre chez toi. » déclara-t-elle. Sam était assez dure, mais c'était son rôle. Elle ne pouvait pas se permettre d'être la personne qui allait sécher ses larmes en lui faisant de grand câlins pour finalement sortir des vestiaires en sautant avec elle main dans la main. Non, elle était chef, et devait garder cette image, surtout pour une nouvelle. Elle plaisantait souvent avec les anciens. Elle lui mit une série de petites tapes douce contre l'épaule, en signe d'encouragement, faisant contraste avec ses mots.  Étant passée par là, elle savait mieux que personne ô combien il était dur de supporter cette ambiance pesante. S'apprêtant à quitter aussi les lieux, elle ceda finalement en chemin, se retournant pour dire à Abi : «  Je.... J'ai un truc à faire d'ici 15 minutes, si tu veux te joindre à moi, retrouve moi dehors, tout à l'heure, ok ?  » Elle avait proposé ça pour la sortir un coup de cette atmosphère sans prendre trop de risque. Qu'avait-elle à faire ? Elle avait 15 minutes pour trouver...    

 
 
made by guerlain for bazzart

_________________
« J'suis pas bien dans ma tête, maman. J'ai perdu le gout de la fête, maman. Regarde comme ta fille est faite, maman. J'trouve pas de sens à ma quête, maman.   »
« Alors j'enfile une veste et un verre de vodka et tant pis si j'empeste la trouille et le tabac. Je danse jusqu'à rire... la nuit la vie est moins pire. J'ai moins peur à vrai dire des vampires que de ton souvenir.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Time is come : girlpower feat Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [+18] it's almost time to play, it's time to be afraid. [feat. Siddil]
» First time I met you (feat. Effy Hale)
» This is the time and place feat.Maxie [Event Eclipse]
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WRITTEN IN THE STARS :: Anciens RP-