Coin des membres

Ici vous pourrez donc acheter une place pour faire votre publicité sur le forum dans la petite fenêtre en haut de la page. Vous pouvez donc faire votre pub pour un scénario ou autre. Cette pub restera là-haut pendant une semaine. Il vous reste seulement à remplir le formulaire dans la partie shopping. Mais attention, il vous coutera 1000 points.
[214] Une soirée innatendue signée JJ



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

[214] Une soirée innatendue signée JJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

FOSSILE ∞ Toujours au top

avatar

Messages : 4073
Points : 13464
Date d'inscription : 09/05/2015
Age : 33
Je vis à : Manhattan
Métier : Cordiste et Promoteur Immobilier
MessageSujet: [214] Une soirée innatendue signée JJ Mar 26 Jan - 5:33



   
   Ryan & Abigail
   Une soirée innatendue signée JJ

L
ongtemps j’avais cru avoir une vie débordée avec toutes mes sorties et mon emploi du temps surchargé, ça c’était avant de connaître JJ. Maintenant, je pouvais dire que ma vie était tout simplement folle et remplie de surprise. La belle brune était une sorte de bombe à retardement dans mon horaire, jamais je ne pouvais prédire quand elle allait débarquée et quelle arme elle userait pour me convaincre à faire les plus grandes folies au lieu de suivre mes priorités d’adulte. Il fallait dire qu’il ne fallait pas être un grand stratège pour parvenir à obtenir ce qu’on voulait de moi, mais JJ réussissait à toutes les fois, aucun échec à ce jour. Même si parfois j’étais plutôt pessimiste face à ses idées, rare fut les fois où j’ai réellement dû faire un effort contre mon gré pour la suivre. En fait, une partie de moi adorait tout simplement ça. C’était bien souvent le petit bonheur de ma semaine et j’aimais sa façon de chambouler mon quotidien. Elle me prévenait toujours avant de venir chez moi, mais puisqu’elle avait les clés de mon appartement elle ne prenait pas toujours la peine d’attendre ma réponse pour s’inviter dans mon humble demeure. Jusqu’à ce jour, il n’y avait eu aucun problème face à ça, il arrivait parfois qu’elle arrive alors que mon ménage n’était pas à son plus beau jour, mais ce n’était plus un souci entre nous. Nous étions davantage au stade d’un vieux couple que n’importe quoi d’autre, il n’y avait aucune gêne entre nous. Je m’imaginais même le scénario si jamais j’avais une aventure d’un soir et qu’elle débarquait, ce qui n’arriverait probablement pas je détestais emporter les filles chez moi. Elle serait sans doute sur le divan à attendre et demanderait ses impressions à ma conquête du soir dès sa sortie. Surprenante cette JJ, jamais je ne pourrais me passer de ma meilleure amie, j’avais tellement de chance de l’avoir.

Toutefois, ce soir c’était un peu différent. Je n’étais pas arrivé si tard chez moi et pourtant j’étais déjà en pyjama. Je n’avais pas l’intention de faire grand-chose de ma soirée, encore moins la vaisselle qui s’accumulait depuis le début de la semaine sur mon comptoir. Je n’arrêtais pas de changer les postes de la télévision en essayant de trouver quelque chose d’intéressant à regarder. J’avais commencé à tuer le temps avec plusieurs échanges de sexto avec Spencer, il me faisait mourir de rire. Nous avions réellement l’air de deux gay dans ces messages et c’est ça qui était le plus drôle, j’espérais réellement que Tatum ne tombe jamais sur son téléphone. Et puis quand je songeais à aller prendre un bon bain relaxant et d’aller me coucher peu de temps après, JJ m’appela. Au début, j’avais souris. Bien que nous n’ayons aucun échange sexuel, j’appréciais particulièrement sa présence le soir quand elle décidait de dormir à la maison.  Elle me demandait ce que je faisais et aussitôt qu’elle eut la confirmation que je n’avais rien de prévue, elle me poussa son idée folle. Elle voulait que je m’occupe de sa sœur puisqu’elle avait un empêchement au boulot et qu’elle ne voulait pas qu’elle reste toute seule. Je ne sais pas qu’est-ce qui ma surpris le plus, que sa sœur était en ville ou qu’elle veuille réellement que je m’occupe d’elle ? Sa sœur était mariée non ? Je ne m’étais jamais demandé elle pouvait avoir quel âge. Je devais me tromper d’histoire. À moins qu’elle avait plus qu’une sœur ? Je me sentais réellement stupide de ne pouvoir rien affirmer alors que c’était ma meilleure amie, mais JJ avait l’habitude que je ne me souvienne pas des détails. Elle me pardonnerait, non ? Ce n’est pas avec le plus grand optimiste que j’acceptai sa proposition. Bien entendu, j’étais content d’enfin rencontrer l’un de ses membres de sa famille, mais ce n’était pas dans les meilleures conditions avec l’état de mon appartement. Alors que j’essayai de rattraper le coup en lui demandant d’aller déposer sa petite sœur au café du coin, elle me coupa sèchement la parole en me disant que sa sœur allait cogner à ma porte d’ici 15-30 minutes et raccrocha en me remerciant.

Le compte à rebours était commencé. Je devais réussir à faire le plus de choses avec le peu de temps que j’avais. Moi qui à l’habitude était l’expert dans l’art de prendre tout son temps pour tout faire, surtout pour me préparer. Je jetai un coup d’œil à mon appartement, à vrai dire mis à part la vaisselle et les deux bouteilles de bière sur ma table de salon ce n’était pas si mal, non ? Je me dépêchai à prendre les récipients et les mettre au recyclage, pour la vaisselle je réglai le problème très rapidement. J’ouvris la porte de mon four et je mis tout ce qui trainait sur le comptoir. C’était une bonne idée, non ? Après tout, je n’avais pas du tout l’intention de m’en servir ce soir et elle ne penserait jamais à regarder à l’intérieur, c’était ni vu ni connu. En courant dans mon appartement, je m’empressai à faire mon lit et à ramasser tout le linge par terre dans ma chambre. Plus qu’à jeter un petit coup d’œil à la salle de bain et ce serait bon. Il devait bien y avoir des bouteilles qui devaient appartenir à JJ sur mon comptoir au nombre qu’il y avait, je les rangeai en-dessous de levier sans trop me soucier du reste. Je nettoyai le comptoir pour enlever les traces de pâte à dent, tout était nickel. Du moins tout mon appartement, sauf moi, je n’étais quand même pas pour me présenter à la petite sœur de ma meilleure amie en pyjama. Ni une ni deux, je sautai dans la douche pour avoir davantage fier allure devant elle. Je dû prendre sur moi pour ne pas succomber au jet d’eau chaude, c’était mon bonheur quotidien de tout prendre mon temps dans la douche, mais je n’avais vraiment pas le temps en ce moment. La petite Abi pouvait arriver à tout moment. Déjà sorti dans la douche, je pris la fuite dans ma chambre avec ma serviette autour de la taille. Qu’est-ce que j’allais mettre ? J’entendis cogner à la porte. Déjà ? Ça l’avait passé si vite tout ça. Je me dépêchai d’enfilai le premier pantalon qui me tomba sous la main, puis la première chemise de mon garde-robe. Un homme avait toujours fier allure avec une chemise non ? J’attrapai une paire de bas que j’enfilai en marchant vers la porte d’entrée. Ce fut finalement les cheveux ébouriffés par la douche que j’ouvris la porte à mon invitée.

-Bonjour ! Tu dois être Abigail ? Enchanté, moi c’est Ryan.

Je pris quelques secondes pour la regarder tout en souriant. En fait, elle était loin d’être la petite sœur qui avait besoin du meilleur ami de sa sœur pour passer la soirée. Elle était aussi belle que sa sœur et elle devait avoir au moins 25 ans. Je lui ouvris la porte pour la laisser entrer, mon cœur battait toujours aussi vite d’avoir couru autant dans les vingt dernière minutes. Je me demandais bien à quoi allait ressembler cette soirée avec elle, il était assez soudain de rencontrer quelqu’un dans de telles conditions.


WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Re: [214] Une soirée innatendue signée JJ Mar 2 Fév - 23:08



   
   Ryan & Abigail
   Une soirée innatendue signée JJ

C
omment qualifier ma sœur ? Le mot la qui me vient tout de suite à l’esprit c’est : courant d’air. Depuis que je squatte son canapé je dois dire, qu’étrangement les moments passés avec elle sont rares, un peu trop à mon goût je l’avoue. Oui j’ai toujours cette même envie que lorsque nous étions gamines, celle de passer un maximum de temps avec elle, je suis assez exclusive mais nos parents nous ayant vite séparées je ressens toujours ce manque. D’un autre côté, moins je la vois moins j’ai à lui mentir, ce qui m’enlève un poids c’est fou mais je dois dire que c’est la première fois que je lui mens et j’ai pas commencé par un petit mensonge loin de là.

Heureusement l’autre jour quand Rory le gentil barman m’a ramené complètement ivre à la maison elle n’était pas là c’est déjà ça . Voilà plusieurs jours que je suis dans cette ville, et au lieu de jouée la parfaite touriste je passe mon temps sur le divan à manger des bonbons et à zapper . Dans quelques temps j’aurais rendez-vous à la caserne pour un poste de secouriste ; mais pour le moment il est trop tôt, beaucoup trop tôt.
Mon esprit n’a pas encore trouver, comment expliquer le fait que je reste à New –York , après tout pour le mariage rien n’est prêt et je ne peux pas dire vouloir rester jusqu’au jour J, alors qu’il n’y a aucune date, et avoir en plus un travail va compliquer les choses, comment vais-je pouvoir me justifier ?! Bah j’en sais fichtrement rien et en ce moment je réfléchis aidé d’alcool et de chocolat mais rien , rien ne vient ! Ce matin en me préparant un café j’ai trouvé un post-it sur la cafetière m’informant que ce soir , nous devions dîner entre sœurs et cette attention me ravie . La partie curieuse en moi, enfin la curieuse en moi car comme toutes filles je le suis regretté que son fiancé ne soit pas de la partie, en effet je ne l’ai pas encore rencontré. Mainte et mainte fois j’ai répété à ma grande sœur , que si c’était pour une question d’intimité je comprendrais aisément et prendrais une chambre d’hôtel en séjour prolongé , rien n’y fait à croire que le fait que je parle de cela si franchement la gêne . En tout cas l’oiseau se fait rare , elle doit le rejoindre quand je m’endors car je l’entends sortir , mais je ne comprends pas pourquoi autant de mystère , de quoi a–t-elle peur ? Et si elle s’inquiète de ma rencontre avec son fiancé , qu’elle imagine rien que deux secondes maman à ma place , là je la comprendrais à côté je suis un ange et surtout pas du tout intrusive ! L’ayant vu dans ces fameux magazines je comprends encore moins pourquoi nous ne nous sommes pas encore rencontrés.

Je me décide à une virée shopping, pendant laquelle je refuse trois appels d’Elijah, depuis que je suis ici, j’ai refusé tous ses appels j’ai été claire je ne veux aucuns contacts avec lui et puis rien qu’à penser à l’état de ses nerfs nous ne pourrions avoir une discussion constructive ! J’ai un appel lui aussi déplaisant concernant mon parloir, pour dans quinze jours avec mon père qui risque d’être annulé . Ni une ni deux je laisse un message à mon mari très remontée : lui rappelant notre accord sur le fait de garder notre rupture pour nous, et si la quelque chose à voir avec le fait que mon père ne veuille pas me voir, il va vite très vite le regretter !

Pour me calmer j’ai donc été atteinte de fièvre acheteuse , une fois rentrée j’essayes plusieurs tenues avant de me décider pour cette robe rouge en satin . Je prends deux bonnes heures pour moi pour me préparer pour ce dîner , mais alors que je suis en train de mettre mes chaussures et que je me retrouve avec un pieds oui, un pieds non et donc en équilibre je dois répondre au téléphone, quand je vois le nom de l’appelant je comprends . Oh non JJ dois annuler  , je ne peux lui cacher ma déception, mais je ne comprends pas la suite, elle me confie à son meilleur ami pour la soirée , elle est sérieuse là ?! Evidement je n’ai pas le temps de placer une phrase complète , que mademoiselle raccroche . Ma chaussure dans la main je reste décontenancé.. D’une je vais voir un parfait inconnu, il avait peut-être de meilleurs plans pour la soirée, et de deux je m’attendais à ce qu’elle parle de Killian , non de Ryan . Et pourquoi ce baby –sitting ? Je serais bien restée là enroulée dans un plaid à manger de la glace , des nounours à la guimauve , devant des block- busters . Finissant donc de m’apprêter je reçois un texto m’indiquant l’adresse du jeune homme.

En y réfléchissant, je réalise que je sais très peu de choses sur cet homme qui est son meilleur ami. C’est tout Jenna de tout compartimenter, je sais qu’il a la trentaine que c’est un fêtard qu’elle ne lui cache rien, qui l’a de l’humour mais pour le reste rien je ne sais absolument rien . Comment va se dérouler la soirée, et si je ne suis pour lui qu’un boulet à traîner au nom de leur amitié … Une fois prête je décide donc de faire un arrêt dans une épicerie avant de me rendre à l’adresse donnée.

Une heure plus tard me voilà donc sonnant à la porte quelque peu nerveuse passant ma main dans mes cheveux les recoiffant, il semble que je sois arrivée un petit peu trop tôt,  vu son souffle c’est donc avec un large sourire que je lui réponds tenant bien les courses .

-Oui c’est moi, la petite sœur de JJ que tu as comme fardeau pour la soirée j’espère ne pas contrarier tes projets ? Je suis aussi surprise que toi enchantée, je connais ton prénom , elle me parle souvent de toi mais je ne sais que peu de chose sur toi je dois l’avouer …

Faisant des signes avec mon bras libre, pour avoir l’autorisation de poser les courses sur le bar, comme il hoche la tête , je le fais et poursuis .

- Pour me faire pardonner j’ai acheté de quoi faire un bon dîner et aussi une bonne bouteille de vin, je suis enchantée de te connaitre, tu sais je pense qu’elle se sent coupable depuis que j’ai débarqué elle a très peu de temps pour moi et elle ne voulait pas me voir seule , j’espère vraiment ne pas déranger …

Et me voilà encore en mode pipelette , le pauvre il doit se demander sur qui il est tombé enfin non pas vraiment vue qu’il connait parfaitement ma sœur. Je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’il sait de moi, ce que JJ a bien pu lui raconter. Enlevant mon manteau je passe donc derrière le bar pour sortir la bouteille du sac, et les commissions, je vais lui montrer que je suis un excellent cordon bleu, mais il faut qu’il m’indique où trouver les ustensiles , en tout cas il à l’air très gentil et s’il est aussi marrant que JJ le dit ; vu ma situation rire me fera le plus grand bien !

WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas

FOSSILE ∞ Toujours au top

avatar

Messages : 4073
Points : 13464
Date d'inscription : 09/05/2015
Age : 33
Je vis à : Manhattan
Métier : Cordiste et Promoteur Immobilier
MessageSujet: Re: [214] Une soirée innatendue signée JJ Ven 5 Fév - 5:13



   
   Ryan & Abigail
   Une soirée innatendue signée JJ

O
n dit souvent telle mère, telle fille, dans cette situation je dirais plutôt telle sœur telle sœur. Abigail était entré chez moi de la même façon que JJ le faisait si souvent, soit les mains très remplies et sans attendre dans le cadre de porte. Est-ce que toute la famille Marshall est comme ça ? Avec un discours incroyablement long, elle me demande à l’aide de signes si elle peut déposer le tout sur le comptoir de ma cuisine. Comme je suis ingrat, je vais vite à sa rencontre pour l’aider à déposer le tout sur le comptoir tout en essayant de me concentrer sur tout ce qu’elle me dit. C’est une vraie toupie cette fille et je pense réellement qu’elle parle davantage que sa grande sœur ce qui me surprend au plus haut point. Après tout, JJ n’est pas facilement battable dans le domaine. Elle me pose tout plein de questions auxquelles je n’ai aucunement le temps de répondre parce que déjà elle en enchaîne d’autres. Suis-je contrarié de la voir ici comme elle le prétend ? Il est vrai que sur le coup tout à l’heure ça m’avait un peu choqué, mais ce n’était pas à cause que j’allais la voir. C’était plutôt à cause que JJ me l’avait imposé à la dernière minute alors que mon appartement était dans un bordel terrible. Elle me connait de nom et ça me rassure un peu, moi aussi je parle souvent de JJ à mes autres amis. Elle est une personne vraiment importante dans ma vie et je suis content de voir que je le suis aussi au point qu’elle fasse la même chose de son côté. Toutefois je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’elle dit de moi. Elle doit sans aucun doute dire que je suis un fêtard et un coureur de jupon, bref sa réplique parfaite.

Tout était parfait avant qu’elle ne dise ce que je n’avais pas encore réalisé avec ses bras beaucoup trop remplie à son arrivée. Elle allait faire un dîner, ici, dans ma cuisine. Premièrement, j’avais déjà mangé bien avant son arrivé, mais étant un glouton reconnu je n’aurais aucun mal à engloutir un deuxième repas et à vrai dire l’idée m’enchantait. Par contre, il se pourrait qu’elle ait besoin de mon four et en ce moment il est totalement hors d’usage. Quelle idée j’ai eu encore de mettre toute ma vaisselle sale là ? Il va vraiment falloir que je trouve une solution et au plus vite. Plusieurs options s’offrent à moi, la plus facile serait tout simplement de lui avouer la vérité, mais pour qui vais-je passé si je lui dis ça ? Elle va penser que je suis un gars malpropre dans son appartement et cette idée me répugne au plus haut point. Je peux peut-être essayer de faire diversion et tout ranger pendant qu’elle me tourne le dos, mais encore là c’était de la vaisselle et tout ça allait faire un vacarme. Peut-être pourrions-nous utilisé le four d’un appartement qui n’était pas loué ? Toutefois, il faudrait trimbaler tout le matériel jusque là-bas et j’avoue que l’idée ne m’enchante pas particulièrement. Je dois trouver quelque chose au plus vite, une idée brillante. Je jette un coup d’œil aux courses, peut-être que je m’en fais pour rien. Elle n’a peut-être que besoin que des ronds et non du four en tant que tel. Il y a tellement de trucs, sans doute elle l’utilisera et je n’ose pas lui demander de peur d’attirer des soupçons. Puis je revois la bouteille de vin, ça y est j’ai mon idée. Ce que je suis brillant parfois. Elle va trouver par contre que je réponds à retardement, élaborer tout ça dans ma tête m’a semblé être une éternité.

-Oh non tu ne me déranges pas du tout ! Ça me fait plaisir de rencontrer enfin la petite Abi dont JJ me parle si souvent ! Tu n’étais pas obligé de faire tout ça, tu n’as pas besoin d’avoir aucun pardon avec moi surtout pas dans cette situation. C’est plutôt moi qui aurais dû te recevoir à dîner en grand. Excellent choix de bouteille de vin, dit ça t’ennuierais de descendre en bas pour avoir un ouvre-bouteille ? Ils devraient en avoir un à la réception. J’ai emporté le mien à une soirée et depuis je ne l’ai plus jamais revu.

Pendant le temps qu’elle descendrait en bas, j’aurais amplement de temps pour tout cacher ailleurs parce que jamais je n’aurais le temps de tout nettoyer. Il ne fallait simplement pas que j’oublie de cacher mon ouvre-bouteille aussi puisque de toute évidence je ne l’avais pas du tout perdu. J’avais de la chance de posséder un grand immeuble de Manhattan, pour de logements avaient la chance d’avoir un portier à l’entrée et une réceptionniste qui possède une belle réserve d’objets inusité comme des ouvres bouteilles. Il fallait dire que l’été je louais beaucoup d’appartement à des touristes pour une semaine, je n’avais pas le choix d’offrir des services apparents à un hôtel. Est-ce qu’Abi savait que cet immeuble m’appartenait ? Est-ce que JJ lui avait dit que je menais une double vie et que je jonglais entre deux métiers ? Je n’en avais aucune espèce d’idée et je n’osais pas trop aborder la question à vrai dire. J’offris un sourire à Abigail et j’observai sa tenue plus attentivement maintenant qu’elle avait enlevé son manteau. Elle portait une belle robe rouge, elle avait l’air si élégante. S’était-elle habillé comme ça pour venir à ma rencontre ? Est-ce que JJ lui avait dit que le rouge était une couleur que j’adorais sur les femmes, surtout quand elles avaient les cheveux foncés ? Peut-être Abi était ce genre de femmes qui aimaient bien s’habiller peu importe l’occasion. On ne pouvait nier qu’elle faisait une belle première impression, à côté d’elle ma chemise n’était point à valeur. Trouvait-elle que je n’étais pas assez habillé ? Une cravate vue sa tenue aurait sans doute mieux fait l’affaire.

Pendant qu’elle descendit en bas, je me dépêchai de mettre la vaisselle qui était dans le four dans un bac de rangement que j’avais dans le haut de mon garde-robe. Si j’avais été convaincu qu’elle n’ouvrirait pas le four tout à l’heure, là je mettrais ma main au feu qu’elle n’ouvrirait jamais ce bac. Je le remis à sa place dans le haut du garde-robe et presque aussitôt elle rentra dans l’appartement et sembla surpris de me voir aussi proche. J’eus un petit sourire gêné et je remarquai que dans ses mains elle avait le tire-bouchon.

-Merci beaucoup!

Je le pris de ses mains et j’allai déboucher la bouteille. Puis, je pris deux coupes de vin dans mon armoire que je remplie du doux liquide alcoolisée. Savait-elle que j’adorais boire ? Était-elle comme sa sœur sur ce point ? Je lui tendis finalement son verre pour qu’elle trinque avec moi.

-À cette petite rencontre très improvisée !

WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Re: [214] Une soirée innatendue signée JJ Dim 7 Fév - 19:43



   
   Ryan & Abigail
   Une soirée innatendue signée JJ

L
a situation était assez originale , ainsi ni moi ni mon hôte ne nous connaissons mais nous passons la soirée ensemble : y a vraiment que ma sœur pour me faire , faire un truc pareil ! Sur le moment j’aurais préféré une soirée télé tranquilou, mais je n’allais tout de même pas poser un lapin à son meilleur ami. Je réfléchis un instant me regardant dans le miroir, est –ce que je dois me changer ?! Bonne question , on devait sortir dans un bon restaurant raison pour laquelle je suis ainsi à porter ces fichus talons aiguilles . L’internat de médecine vous fait adoptez les baskets à vie à force de courir dans les couloirs, mais quand on sort , surtout avec Jenna la fashionista je fais toujours un effort : Bon s’il m’emmène pas en boîte je devrais tenir la soirée avec, enfin du moins j’espère . Hésitation quand tu nous tiens , le temps d’un texo à ma sister qui me dit que Ryan s’est parfaitement que je suis mariée donc que je n’ai pas à me changer… Il fallait qu’elle ramène Elijah sur le tapis, je me sens idiote de lui avoir posée la question sur ma tenue et immédiatement je pense à mon mari, qui doit encore être à son club entre partenaires professionnels ; même habillée ainsi il ne m’aurait pas d’avantage regardé … Espérons que cette soirée se passe bien , je n’aurais pas la force qu’une autre catastrophe se passe après tout c’est le meilleur ami de ma sœur ! Je sais juste qu’il est porté sur la fête et les filles avec ça, je vais pas aller bien loin c’est tout JJ ça , je sais juste qu’elle tient énormément à lui raison pour laquelle je veux faire bonne impression à mon tour . C’est la première personne qu’elle me présente de son cercle d’amis à New -York .

Ayant été bien éduquée , je sais que je ne peux arriver chez un invité les mains vides ; raison pour laquelle  je fais une détour par l’épicerie de quartier . C’est donc les bras chargés que je me présente , étant stressée mon tic me prend alors. En effet lorsque je rencontre une nouvelle personne , et que je suis quelque peu intimidée, je me mets à parler, encore et encore un vrai moulin à paroles et quand le stress redescend là seulement je finis par me taire . Il doit se demander sur qui il est tombé, ou encore se dire que je sors de l’asile , enfin plutôt que mon taux de caféine doit être cent fois trop élevé. Je semble l’avoir perdu dans mon flot de paroles d’ailleurs, car il met un certain temps à me répondre, mais il m’a tout de même aidé à sortir les courses et les poser sur le bar . J’ai le temps d’enlever mon manteau avant qu’il ne me réponde . Je ne peux m’empêcher de répondre avec une volonté de le titiller .

« Penses aux pauvres filles , aux cœurs esseulés dans les bars que vont –elles faire de leur soirée sans toi …. J’y vais pas de problème contente que la bouteille te convienne j’avoues avoir quelques lacunes sur le sujet … »

Voilà je n’ai pas pu m’en empêcher, en même temps maintenant il est au courant du fait que JJ m’a relaté ses talons de Don Juan . Avant de quitter la pièce j’entends mon portable sonner, je le prends donc avec moi , et en profite pour envoyer un texto à ma sœur , sur le fait que je suis ultra gênée de m’être présentée dans cette tenue, alors que lui est beaucoup plus décontracté . J’ai failli devenir rouge tomate , encore une fois on dit merci grande sœur chérie . Je rejettes une énième fois l’appel d’Elijah, pourquoi je suis pas fichu de trouver cette fonction pour envoyer son numéro sur liste noire ! A croire qu’il fait tout pour rester présent dans ma mémoire , à chaque fois que je me dis que je peux enfin commencé le deuil de notre relation, il revient est mon cœur se brise sans cesse … Je réalise cependant que le peu de connaissances que j’ai sur le vin me viennent de lui. Longtemps j’ai cru qu’il serait l’homme de ma vie, et les premiers jours j’espérais secrètement qu’il vienne me chercher un peu comme dans comédies romantiques … Et au final … Rien lui aussi doit savoir que malheureusement il n’a rien plus rien à sauver !

Moins de dix minutes plus tard j’ai fait l’aller-retour de l’appartement de Ryan à la réception , un tire-bouchon dans les mains . Restant néanmoins surprise de notre proximité ; lorsque je pénètre à nouveau dans son logement figée un moment totalement interdite . Heureusement un blanc ne s’installe pas il prend l’objet pour ne servir à boire . Je repenses à ses paroles « la petite Abi » , il est vraie que j’ai une vie beaucoup plus plan-plan que celle de mon aînée . Etudiante en médecine en couple depuis presque dix ans, rien de très folichon à raconter en somme . Je me demande quelle image il s’est faite de moi .

Il m’apporte bien vite un verre alors que je viens de m’assoir sur le canapé , trinquant avec lui à cette rencontre si particulière ; le tintement des verres me fait porter mon attention sur mon alliance . qui s’est coincée entre les verres . Premièrement je ne me suis pas encore résolue à l’enlever il est trop tôt , deuxièmement comme je ne peux dire à personne ma situation ; comment expliquer que je ne la porte pas ?! Non il ne faut pas que je penses à cela, pas ce soir en tout cas, ce soir je veux m’amuser et faire la connaissance de Ryan. Me redressant alors je lui dis après avoir bu une longue gorgée .

« Installes toi, je vais me mettre à cuisiner et pendant ce temps –là dis –moi tout ce qu’il y à a savoir sur Ryan Williams…. Ah oui et si tu as des petites anecdotes amusantes sur ma sœur ne t’en prives surtout pas ! »

Je fais tout mon possible pour que mon trouble passe inaperçu , mon regard s’étant quelque peu assombri. Maintenant derrière le bar je lui demande quelques renseignements pour trouver ce dont j’ai besoin pour le dîner : à savoir un plat typiquement texan et des soufflés au chocolat en dessert. Une fois le tout sorti , la préparation du dessert ayant besoin d’être fait en premier, il semble gêné que je cuisine seule je lui dis alors en large sourire aux lèvres , après avoir mis les soufflets sur le plan de travail venant de mettre le four à préchauffer .

« Ne me dis pas que tu préférais m’aider , en épluchant les oignons par exemple ; que de te faire servir … Enfin en même temps profite-en ça fait des mois que ne n’ai pas eu l’occasion de cuisiner, c’était plutôt traiteur et livreur de pizza !

En effet avec mes études, pas le temps d’être derrière les fourneaux et on ne peut pas dire que la cuisine était la pièce préférée de mon mari, mais avant j’adorais cela. Il faut dire que cela fait beaucoup de bien d’utiliser des objets tranchants d’une autre façon , que sur un corps humain. Je vides mon verre de vin, très à l’écoute de ce qu’il me dit sur lui, restant des plus attentive à son récit, mais comme je le devines il a du mal à rester inactif, jouer les pacha n’a pas l’air d’être son style !
WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

FOSSILE ∞ Toujours au top

avatar

Messages : 4073
Points : 13464
Date d'inscription : 09/05/2015
Age : 33
Je vis à : Manhattan
Métier : Cordiste et Promoteur Immobilier
MessageSujet: Re: [214] Une soirée innatendue signée JJ Dim 7 Fév - 22:02



   
   Ryan & Abigail
   Une soirée innatendue signée JJ

A
ux paroles de la petite sœur de ma meilleure amie, je reste sans voix. JJ a bien de parlé de moi, elle lui a parlé de l’essentiel on dirait bien. Abigail semble très bien connaître ma réputation de coureur de jupons. Normalement, j’aurais rit et j’aurais probablement fait une blague sur le sujet. Aujourd’hui, c’est plutôt le contraire, une partie de moi est blessée par la remarque. Depuis cette rencontre avec Louna j’ai réalisé que ma vie était beaucoup plus pitoyable que je ne l’avais pensé, que le petit con que j’étais dans le passé à courir les bars était toujours resté le même. Mais bon, on ne pouvait pas changé, on était la personne qu’on était et il fallait l’accepter tout simplement. Je n’en voulais pas aucunement à JJ d’avoir raconté ça sur moi. C’était la vérité pure après tout, je resterai indéfiniment ce petit bourreau de cœur qui a peur de s’engager. Moi et JJ étions fait du même bois après tout, est-ce que cela lui arrivait de se remettre en question tout comme moi ? Et pourtant, j’aimais ma vie comme elle l’était. J’étais heureux comme ça. Pourquoi ressentais-je alors l’impression d’être un lâche pitoyable ? Est-ce que c’est ce regard que Louna m’a lancé ce soir là qui a tout changé la perception de moi-même ? Quelque soit la réponse, je devais arrêter d’y penser. J’allais continuer ma vie comme elle l’avait toujours été. J’ai beaucoup trop cherché de réponses ces dernières semaines à ce sujet, il est temps de passer à autres choses surtout que ce soir j’ai une convive. Depuis le temps que JJ me parle d’Abigail, j’ai enfin l’occasion de la connaître et je dois me concentrer là-dessus. Après tout, je vois déjà l’interrogatoire que j’aurai de la part de JJ à savoir comment j’ai trouvé sa sœur et je vois déjà ma tombe si jamais je fais de cette soirée un chaos. C’est donc sans rien dire que je la laisse descendre en bas, pas même un merci, elle doit vraiment me trouver ingrat. Je suis mieux de me racheter pour la prochaine partie de notre soirée.

Mon four est enfin libre de toute vaisselle, au même moment où je ferme la porte de mon garde-robe et qu’Abigail ouvre celle de mon appartement. Aussi vite que j’avais caché ma magouille dans la garde-robe, que déjà nos coupes étaient remplies pour célébrer cette rencontre. Alors que je prends une gorgée de ce liquide somptueux, j’observe la douce brune devant moi qui porte son attention sur ses doigts et c’est par le fait même que je regarde son alliance pour la première fois. JJ n’a bien qu’une sœur et c’est celle-ci, j’en suis plus que sûr maintenant. Je ne comprends toujours pas pourquoi elle voulait que je m’occupe de sa sœur, d’autant plus qu’elle est mariée. Après tout ce n’est plus une enfant. Connaissant ma meilleure amie c’est qu’il devait y avoir une raison, peut-être était-ce qu’Abigail s’ennuyait trop à New York. Il était vrai qu’avec moi, il était bien rare que l’on s’ennuie bien longtemps. J’étais beaucoup reconnu pour mon esprit festif et mon humour. Le regard de cette petite sœur m’intrigue néanmoins, quelque chose a changé depuis qu’elle est rentrée tout à l’heure. Ses yeux sont moins pétillants, comme si elle essayait de cacher un mauvais souvenir. Avais-je le même tout à l’heure quand elle m’a donné comme surnom Don Juan ? J’ai la nette impression que ça un lien direct dans son cas avec sa bague. Peut-être s’ennuie-t-elle de son prince charmant qui est resté dans l’ouest américain ? Se sent-elle coupable de prendre un verre avec un autre homme ? Une autre idée me vient en tête, mais je doute que ce soit le cas. Il se pourrait que son couple batte de l’aile également, ce ne serait pas fou parce que cette visite est plutôt inattendue selon JJ. Toutefois, je me souviens que les deux son mariés depuis une éternité que m’avais dit JJ, ça ne doit donc pas être ça. Elle doit s’ennuyée de son homme voilà tout.

Abigail semble insister pour que je reste sur le canapé alors qu’elle prépare le dîner. Je dois avouer que je ne suis pas vraiment à l’aise dans ce genre de situation, surtout que c’est mon invité à proprement parlé puisqu’il n’y avait eu là aucune invitation de ma part. J’ai l’impression d’être inutile à ne rien faire, mais d’un autre côté j’ai peur de la déranger dans la cuisine. D’autant plus que je n’ai rien d’un cuistot, le peu de plats que je cuisine sont correct sans plus. Les restaurants sont bien trop souvent ma solution facile. Je me contente donc de resté là, assis sur le canapé. Mon pied n’arrête pas de bouger, je ne suis pas capable de ne rien faire. Le contenu de ma coupe descend très rapidement puisque c’est là ma seule occupation du moment. Elle veut savoir qui je suis et j’avoue que je ne sais pas très bien quoi lui répondre. Encore moins pour les anecdotes sur sa sœur, j’aurais l’impression de trahir JJ en quelques sortes. Après tout, je n’aimerais pas que JJ raconte ma vie à sa famille, surtout pas des trucs que j’aurais préféré qui reste entre nous.

-Je dois avouer que je ne sais pas trop quoi dire sur moi, j’ai une compagnie d’immobilier, je travaille également comme cordiste. Comme tu l’as dit tantôt, dans ma vie privée je suis un Don Juan, donc il n’a pas grand-chose à dire là-dessus non plus… J’aime profiter des petits plaisirs de la vie, voilà quoi, l’alcool et les femmes ont font partie.

Je me mets à rire avant de finir d’engloutir ma coupe.

-Bon sang, j’ai l’impression de me décrire comme sur un site de rencontre.

Sérieux, il y a rien à savoir sur moi, ma vie n’est pas très palpitante.
Je décide de me lever, je ne tiens plus en place assis sur ce divan et mes mains me démangent de ne rien faire alors que la jolie demoiselle fait tout le boulot. Je fais ce que je sais faire de mieux en parfait hôte. Je remplis nos deux verres de vin, elle ne l’avait pas encore fini, mais elle se rapprochait à grand pas. Elle semble remarquer que je m’ennuie si bien qu’elle me demande si je n’aurais pas préféré l’aider, je saute sur l’occasion. Si je peux être utile bien sur que je veux le faire. Elle me parle d’oignon, je me lave aussitôt les mains et je commence à les éplucher.

-Alors toi tu es comment ? Tout ce que je sais de toi, c’est que tu es mariée, que tu as étudié en médecine et que tu es une sœur beaucoup trop adorable. Ta grande sœur t’adore t’as même pas idée, j’espère que tu le sais…  Les oignons, tu veux que je les coupe comment ?



WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Re: [214] Une soirée innatendue signée JJ Dim 14 Fév - 21:16



   
   Ryan & Abigail
   Une soirée innatendue signée JJ

L
’aurais-je vexé ? Il me semble déceler une micro-expression sur son visage, comme –ci je lui avais un reproche , il est comme piqué au vif . Je le connaitrais mieux ; je lui demanderais ce que j’ai dit de mal , qu’il s’en dégage une discussion ouverte, mais cette fois je me dis de réfléchir en tournant sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler . Ainsi je décide de descendre chercher l’objet qu’il me demande sans en dire plus , et surtout sans lui faire voir que j’ai vu son malaise ; après tout nous sommes à ce stade encore des inconnus l’un pour l’autre . Pendant ma quête du tire-bouchon je réfléchis tout de même, JJ me l’avait bien décrit comme un séducteur ; mais surtout un séducteur qui s’assume et qui a une vision de la vie en couple aussi atypique que mon aînée c’est dire ! Il est vrai que mon humour m’a déjà joué des tours, mais pour ce coup-ci je ne m’y attendais pas du tout ; j’ai intérêt à tout faire pour me rattraper .

Je le rejoins une fois que la réceptionniste m’a prêté la précieuse clé qui renferme ce délicieux breuvage que j’ai amené, elle m’a fait répéter trois fois que je rapporterais d’ici demain . Sa bonne humeur semble être revenue ; et après quelques mots échangés nous trinquons à notre rencontre . Je suis très intriguée par Ryan je dois bien l’avouer, premièrement il a su devenir ami avec ma sœur, elle qui met tant de barrière pour se protéger ; et en plus il est devenu son meilleur ami ; une partie de moi et quelque peu jalouse , j’aimerais savoir son secret : savoir comment il a fait .  Attention ma sœur et moi sommes très proches ; mais je sais que depuis cette fameuse année ou notre père l’a fait aller en pension, un faussé s’est créé entre nous et malgré les années et nos efforts mutuels il perdure encore. Ryan doit donc en savoir plus sur elle que moi, et je compte bien rattraper cela maintenant que nous sommes de nouveau dans la même ville . D’ailleurs j’ai de plus en plus de mal à justifier ma présence, certes il y a le mariage mais comme rien encore n’est planifié il serait logique que je retournes à Seattle . Parfaitement consciente que ma visite si soudaine la surprise, je sais que je dois faire très attention . Des deux sœurs Marshall il faut dire que celle qui improvise et qui agit de façon très spontané c’est mon aînée pas moi, la fille toujours réfléchis qui planifie tout, qui fait des listes quand elle ne parvient pas à se décider … A croire que la tendance est en train de s’inverser .

Alors que je trempe  mes lèvres dans ce doux breuvage ; là encore mon subconscient me rappelle à l’ordre en me faisant penser à mon mari. Pas que je culpabilise de passer une soirée avec un homme ;non loin de là, simplement c’est la première fois que je me retrouve pour une soirée seule avec un homme depuis que je suis arrivée à New-York. Dans ma tête pourtant tout est claire : je suis séparée ; et dès que cela sera possible je serais divorcée . Seulement là c’est impossible déjà que maman est affaibli depuis que papa est en prison, si je lui parle de séparation mais pas d’un petit break de quelques jours, non non une séparation qui amènera sans faute à un divorce ; ça serait le drame ni plus ni moins . Sans que je le veuille , mon visage change d’expression ; pas vraiment très douée pour ce qu’est le « poker face » tout peut se lire dans sur mon joli minois .
Chassant au plus vite de mon esprit, mes idées noires je fais de mon mieux pour me recentrer sur notre conversation , pour cela il faut que je m’occupe, alors autant commencé à cuisiner !

Interrogeant mon hôte sur sa personne , après tout je suis assez curieuse , ma sœur l’apprécie tant ce qui ne fait qu’accroitre l’effet . Il faut dire que comme Jenna ne donne sa confiance qu’à très peu de monde , l’homme m’intrigue grandement et au final elle ne m’a lâché que peu d’informations ; autant aller à la pêche moi-même . Je lui dis de resté là , pas besoin de m’aider et attends donc même s’il semble réfractaire au sujet de m’informer d’anecdotes sur ma sister, dommage j’aurais aimé avoir des informations croustillantes . Je l’écoutes avec attention alors , et il est vrai que sa présentation fait très scolaire . Toujours afférée à ce que je fais je lui dis sans pour autant le lever la tête .

« Une compagnie immobilière et tu dois pourtant avoir un second travail ? Je plaisantais tout à l’heure à ce sujet tu sais tout à l’heure ….. Je vous envie toi et JJ d’avoir cette facilité à profiter de la vie étrangement j’ai toujours été centré sur le fait d’être médecin et donc très vite ma priorité c’était mes études ; parfois je pense être passée à côté de quelque –chose. »

Me voilà mélancolique de mieux en mieux ; qu’est-ce qui m’arrive ?! Le cafard semble vouloir s’installer. Depuis que je suis en ville ça ne s’arrête pas alors il est hors de question que cela recommence ce soir ; en plus je passe un bon début de soirée . Je finis bois à mon tour, quand il manque de me faire étouffer à sa phrase , je rigole alors en répondant tout en mettant la viande à cuir avec du maïs à feu doux .

« Il est vrai que cela y ressemble , non ce que je voulais savoir, est-ce que tu as des frères et sœurs ?  C’est tes passions par exemple, ou encore si tu as grandi dans la grosse pomme , tes goûts musicaux cinématographiques, et autres … Oui je sais  je suis vraiment très très curieuse ! »

Ryan semble avoir du mal à rester sans rien faire, ce qui avouons-le m’amuse beaucoup ! Moi je suis tout à mon plaisir , depuis le temps que je n’ai pas été en cuisine, je n’avais plus le temps mais sans doute aussi plus envie quand on se retrouve à dîner de plus en plus souvent seul ! Commençant à couper les poivrons je vois son mal être plaisantant alors sur son aide pour les oignons, mais le voilà vite debout prêt à m’aider … Je souris alors . Sourire qui s’efface vite à sa phrase Jenna tu n’as pas actualisé  tes informations Prenant mon verre, le vidant à grandes gorgées , je réponds d’une voix quelque peu robotique .

« J’ai plaqué la médecine il y a peu après la mort d’un patient … Mariée oui avec mon premier amour , au lycée on avait dix-huit ans .

Très douée Abi pour auto-conviction Tellement centrée sur mon récit de la jeune sœur pleinement épanouie par la vie maritale ; et les légumes rendant beaucoup d’eau je finis par me couper au niveau de la paume, je manque alors de lâché un juron mais je l’ai pensé très fort . Par réflexe je me rince la main au robinet , grimaçant de douleur, une fois nettoyer j’essaye d’examiner la plaie cela semble peu grave mais je saigne me tournant vers Ryan je demande alors .

« Tu peux m’indiquer ta salle de bain s’il te plait que je puisse soigné cela, attention à la cuisson je te laisse géré et ajouter les poivrons et l’oignon haché .

Je suis en colère contre moi-même d’avoir fait une bêtise pareil, j’espère qu’il pensera que c’est lié à ma profession, plutôt qu’à mon couple . Je les cumulent c’est pas possible pressant ma paume avec un torchon arrivée dans la salle de bain je cherche en premier un désinfectant dans l’armoire à pharmacie . Si je commence à avoir du mal à mentir, qu’est-ce que cela va donner face à ma sœur, Bon dieu Abi ressaisie toi bordel ! Evoquer Elijah me fais énormément souffrir mais ne pas pouvoir l’exprimer du tout, me fait bouillonner, certes c’est moi qu-i ai choisi mais on n’oublie l’homme que l’on connait depuis dix ans et qu’on pensait être le futur père de nos enfants . Quand votre présent et votre avenir , devient votre passé c’est assez dur à encaisser ! Et jouer la fille épanouie m’est difficile , le pire ça sera quand mon aînée sera en plein préparatifs de son mariage, égoïstement j’aimerais que la date se décide rapidement que je n’ai pas à jouer, la comédie trop longtemps sentant que j’aurais bien du mal et surtout qu’à chaque fois j’ai l’impression que mon cœur se brise d’avantage.
En faisant ainsi de mon mariage une mascarade, alors que j’ai été très heureuse avec mon mari et cela je ne le renie en rien !
Une fois la plaie désinfectée , je cherche des pansement, ne tombant que sur ceux portant des effigies de princesse disney, il me vient alors à l’esprit que Ryan à peut-être une fillette dans son entourage proche . Ne trouvant rien de mieux j’en applique –un souriant malgré moi, je sors de la salle de bain tout en finissant de mettre la bande autour de ma paume. Le pansement ne serait suffire vu que je dois encore finir la préparation du dîner . Levant la tête vers Ryan je dis alors avant de le rejoindre .

« Mignon tes pansements , Jenna ne m’a pas parlé d’une filleule ou d’une nièce pourtant … »

Voyant mon verre de nouveau plein , je me remets à surveiller la cuisson du plat et je tente de sourire pour faire oublier, ma sois disant maladresse mais je t’y tiens pas . Ne cessant de le regarder, puis de regarder mon plat encore et encore je m’interroge ; il doit se demander ce que je fiches . Après quelques minutes qui me semblent extrêmement  longue , mon instinct me dit de lui faire confiance, je lui demande alors de me jurer qu’il ne dira rien à personne et surtout , j’insiste sur le surtout à ma sœur ! Sa promesse faite je vais pour parler , lorsque manquant de courage c’est une autre phrase que je n’ai jamais encore prononcée qui sort de ma bouche.

« Il va me falloir quelque chose de plus fort si tu as …. Jenna a du te dire qu’elle ne connait pas vraiment la raison de ma visite, c’est simple je ne peux pas lui la dire … J’ai quitté Elijah et je suis directement venue ici, je ne peux rien dire absolument rien ; ça tuerait notre mère déjà que notre père et incarcéré , et puis tu dois le savoir notre famille et conservatrice alors pour eux divorcer , parce que l’on est plus heureux ou même que votre mari vous refuse un enfant c’est pas une vraie raison, encore moins une valable ! »

Il y a quelque peu d’amertume dans ma voix quand je tiens ses propos , sur la position de notre famille et pourtant c’est la pure vérité ils ne comprendraient pas, j’ai déjà arrêté médecine ce qui pour eux et déjà une chose affreuse préférant presque que cela soit explicable par une démence, si je parle divorce ma mère fait un malaise directe et mon père me renie illico ! Soulagée de ce poids je fixe mon hôte sans le vouloir , appréhendant sa réaction , et surtout ayant une peur bleue qu’il me dise qu’il ne peut garder cela pour lui ; lui prenant la main je lui dis alors .

« Je t’en supplie ne dit rien à JJ , elle est déjà assez inquiète sur ma reconversion professionnelle, si je lui dis que je suis séparée mais que je ne divorce pas pour nos parents et qu’en plus je souhaite refaire ma vie ici, cela ferait trop ; je sais que je dois lui dire mais ce n’est en aucun cas le moment . »

L’implorant du regard, je  réalise que Jenna ne sait même pas encore que je vais rester ici, et que j’invoquerais le fait qu’Elijah est tout simplement muté . Sentant les larmes montées je ne peux les contenir plus longtemps, me tournant de trois quarts mal à l’aise ; c’est la cerise sur le gâteau !
WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

FOSSILE ∞ Toujours au top

avatar

Messages : 4073
Points : 13464
Date d'inscription : 09/05/2015
Age : 33
Je vis à : Manhattan
Métier : Cordiste et Promoteur Immobilier
MessageSujet: Re: [214] Une soirée innatendue signée JJ Lun 7 Mar - 23:07



   
   Ryan & Abigail
   Une soirée innatendue signée JJ

L
es dires de mon interlocutrice me surprennent. Nous envie-t-elle vraiment notre vie volage à moi et JJ alors qu’elle semble avoir tout réussi ? Il est vrai qu’elle a dû faire plus d’un sacrifice pour en arriver là, mais elle semblait avoir bâti quelque chose de solide avec le temps. Peut-être aurait-elle voulu lâché plus son fou durant ces années, mais au bout du compte je savais que ce serait elle qui en était la grande gagnante. Elle était splendide, mariée et avait toute une carrière devant elle. Et moi j’avais quoi ? Des histoires d’un soir accumulé ? J’étais toujours au même stade qu’avant, il était vrai que ma compagnie prenait de l’expansion, mais si Jake ne me l’aurait jamais légué je serais encore Ryan le cordiste tout simplement. Je savais que trop que si je n’avais pas eu cette chance que je serais encore au même stade de vie, après tout dans tous les autres facteurs de ma vie j’y étais encore. J’étais confortable à mener cette vie sans avoir à me soucier de rien, bien que j’étais parfois désespéré de voir de ce que j’avais fait de ma vie comparer aux autres. Le fait que j’aille deux métiers semblaient la surprendre, elle n’était pas la première à l’être. Il n’y avait que très peu de gens comme moi à ce point masochiste envers soi-même, mais j’aimais ce train de vie. Une partie de moi avait peur de manquer d’argent si jamais j’abandonnais mon métier de cordiste et pourtant je savais que c’était ridicule parce que c’était loin d’être le cas. D’un autre côté ça me permettait d’accumuler beaucoup plus d’argent et de pouvoir investir plus vite dans d’autres immeubles. Puis, il y avait le facteur émotionnel. Depuis que j’avais perdu ma mère, les hommes avec qui je travaillais était devenu ma seconde famille. Une partie de moi ne pouvait se résoudre à quitter l’emploi et fait un trait à cette partie de ma vie.

-Disons que d’avoir deux emplois c’est un choix personnel…

Je n’ai pas envie d’élaborer davantage là-dessus, j’ai mes raisons et c’est tout, non ? Je n’avais pas besoin d’avoir peur qu’elle me questionne davantage à ce sujet, elle enchaine aussitôt avec d’autres choses. Sa curiosité à mon sujet m’étonne quelque peu. Pourquoi veut-t-elle tout savoir sur moi ? Je n’ai pas l’habitude de me dévoiler si facilement aux autres. Est-ce que c’est parce que sa sœur lui a tellement parlé de moi ? Si elle n’avait pas été mariée j’aurais même pu croire qu’elle essayait de me draguer avec toutes ces questions, ce souper qu’elle me faisait. Je l’observe quelques instants en essayant de cerner ce qu’elle recherche exactement. Ah non ! Elle doit faire comme Spencer et essayer de me caser avec sa sœur, c’est évident. Pourquoi tout le monde croit toujours que nous sommes faits l’un pour l’autre ? Parfait, nous avons peut-être l’air d’un parfait petit couple ensemble, mais nous sommes trop pareils. Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’avoir un désaccord tous les deux et c’est la chose que je redoute le plus pour notre amitié. Aucun des deux ne voudra pardonner à l’autre tout dépendant de la nature de la chicane, nous sommes beaucoup trop orgueilleux. Je finis d’un trait ma coupe de vin et m’en sers une nouvelle tout en remplissant encore la coupe d’Abi, j’espère sérieusement que je me trompe et qu’elle n’a pas l’intention de me convaincre de sortir avec sa grande sœur.

-Ouais bah je suis New Yorkais dans l’âme, j’ai toujours vécu ici. Je suis enfant unique, je n’ai jamais eu la chance d’avoir un petit frère ou une petite sœur, ma mère est décédée avant quand j’avais 5 ans. J’aime beaucoup les films d’actions. Mon super-héros préféré c’est Flash ! Je déteste les comédies musicales. J’adore les pâtes, je pourrais en manger tous les jours surtout avec une montagne de fromage !

Je ris quelque peu, tout ça me semble tellement peu naturel de me présenter de la sorte, mais mes paroles ont l’air de l’amuser quelque peu. Je me mets finalement à la tâche cruelle qu’est de couper les oignons, leur odeur me picote déjà les yeux. Je dois résister à l’envie de frotter mes yeux sinon je sais que je vais tout empirer. Pendant que je coupe les oignons, Abigail me dévoile de nouvelles informations sur elle. Elle m’annonce la durée de son mariage et qu’elle a quitté médecine après la mort d’un patient. Je me sens mal pour elle. Le ton qu’elle a utilisé laisse sous-entendre que c’est un échec pour elle et qu’elle ne s’en est pas encore remise. La chose qui me surprend le plus c’est que son ton n’a point changé quand elle s’est mise à parler de son mari. Est-ce que tout va bien entre les deux ? J’ai de forts doutes, je lui jette un coup d’œil ne sachant pas trop quoi répondre à ça et je vois son corps trembler. Je la connais que très peu et pourtant j’ai envie de la serrer contre moi pour la rassurer, mais avant que j’en ai l’occasion elle s’entaille la main avec le couteau. Le sang déferle sur la surface de travail alors qu’elle se précipite vers le robinet dont je lui ouvre rapidement l’eau. Je n’ai rien d’un secouriste, elle sait sans doute mieux gérer la situation que moi. Je ne sais pas trop quoi dire, je ne peux nier mes observations jusqu’à présent. Cette fille a l’air de porter un gros chagrin en elle, un fardeau qu’elle vit seule. Elle me demande où est la salle de bain et je lui indique tout simplement. Je nettoie le dégât pendant ce temps et j’essaie du mieux que je peux de gérer le repas. Elle revient finalement à la cuisine en commentant la virilité des pansements Hello Kitty que j’ai dans ma pharmacie, suivi rapidement par un regard vide. Elle me demande alors si je peux lui promette de ne rien dire si elle me parle.

-Pour les pansements non je n’ai pas de nièce, simplement ta grande sœur qui m’a fait une crise à la pharmacie pour les avoir. Elle est pire qu’un enfant tu sais ?

Je marque une pause avec un sourire, puis mon visage se transforme rapidement avec une expression des plus sérieuses.

-Oui bien sûr, si tu as besoin de parler ça va me faire plaisir de t’écouter.

Elle me demande alors quelque chose de fort, ça je m’y connais. Je lui fais donc un Tequila Sunrise à la Ryan, tout le monde les aime malgré le goût très prononcé de la tequila puisque le jus d’orange est moins présent que la recette originale, je mets le double de grenadine dans la liqueur pour compenser. Elle m’affirme donc ce que j’avais supposé, elle a bien et bel quitté son mari. La procréation d’un enfant semble avoir été le poids décisif de cette décision. Je n’ai jamais même imaginé un jour en avoir un, donc je ne peux m’imaginer quel vide ça peut faire dans son petit cœur. Peut-être est-ce le même que j’ai toujours eu en sachant que je n’irais pas à l’université pour faire le métier que je voulais ? Si c’est le cas, je comprends de l’avoir quitté, je ne cesse de me poser des questions à savoir comment ma vie aurait été si jamais j’avais pu y aller, ça me hante.

-Ce n’est jamais des décisions faciles à prendre… Ta sœur comprendra ta décision tu le sais ça, hein ? Elle ferait n’importe quoi pour toi je crois en fait.

Les larmes viennent finalement à ses yeux et je sens mon cœur se serrer dans ma poitrine. Je déteste voir des filles pleurer, surtout que je sais que c’est la petite sœur de ma meilleure amie. C’est comme si j’avais le devoir de la protéger moi aussi. Instinctivement je m’approche d’elle et je la serre dans mes bras. Ses larmes coulent contre mon gilet qui commence à s’humecter graduellement et pourtant je m’en fiche. Je caresse ses cheveux comme si ça l’aurait été ma propre petite sœur.

-Tu as fait le bon choix de venir jusqu’à New York, ça va te faire du bien du nouvel air. En tant que New Yorkais de souche, tu as même le droit à une visite guidée de ma part et puisque tu es la petite sœur de ma meilleure amie je ne te charge même pas rien !

J’espère sincèrement que cette idée lui plaira et qu’elle l’aidera à se changer les idées. Maintenant que je sais son secret une partie de moi a envie de l’aider surtout qu’elle ne veut pas rien dire à personne, je me sens donc responsable.

-OH MERDE !

Je la décolle aussitôt de moi puisque derrière elle, un linge qui trainait se met à brûler sur le four. J’essaie de souffler pour éteindre le tout et je me rends compte que je ne fais qu’empirer les choses. L’alarme d’incendie se met à crier dans l’appartement pendant que j’essaie de penser à une solution pour éteindre le petit incendie qui s’est démarré dans l’appartement. Je prends finalement le chiffon dans mes mains et même si la flamme me brûle rapidement la paume, j’arrive à le tenir jusqu’à l’évier où j’ouvre l’eau. Ouf, s’en était moins une.

-Leçon numéro 1 avec Ryan, ne jamais lui donner les contrôles de la cuisine !  


WILDBIRD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [214] Une soirée innatendue signée JJ

Revenir en haut Aller en bas

[214] Une soirée innatendue signée JJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» 2eme soirée "So glam" [ ouvert a tous ]
» [SUJET TERMINE] 4 but 2 - La soirée de l'improbable |Chase/Apollo/May/Ange|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WRITTEN IN THE STARS :: Anciens RP-