Coin des membres

Ici vous pourrez donc acheter une place pour faire votre publicité sur le forum dans la petite fenêtre en haut de la page. Vous pouvez donc faire votre pub pour un scénario ou autre. Cette pub restera là-haut pendant une semaine. Il vous reste seulement à remplir le formulaire dans la partie shopping. Mais attention, il vous coutera 1000 points.
Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con. Dim 3 Jan - 0:37



Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.



Kaly & Julian

Voilà quelques semaines maintenant que Julian était revenu à New York. Il avait retrouver son chez-lui et c'est comme si rien n'avait changé. Il avait retrouver son équipe, l'université, les cours de médecine, ses parents. La ville n'avait pas bougé, simplement quelques immeubles de plus. En fait, ce qui avait le plus changé, c'était lui. Cette ville qui était autrefois tout pour lui, était comme une étrangère désormais. C'était comme s'il n'était plus le bienvenue dans cet endroit où il avait grandit. Il avait une boule dans l'estomac à chaque fois qu'il devait sortir de la maison, comme si on l'attendait dehors pour l'emmener au poste de police et le faire enfin payer ce qu'il avait fait. Mais au fond, il ne savait pas vraiment ce qu'il avait fait. Il avait renverser quelqu'un et s'était enfui. Voilà, c'était tout. C'était tout ce qu'il savait à propos de cette affaire. Il s'était enfui le lendemain en Europe et n'avait pas chercher d'informations à propos de cet incident. Il ne savait pas si cette personne était un homme ou une femme, s'il allait bien aujourd'hui ou s'il était enterré six pieds sous terre. Il ne voulait pas savoir. Il ne voulait pas en apprendre d'avantage. Il culpabilisait déjà bien assez pour ne pas avoir besoin de plus de renseignements. Personne n'était au courant, pas même ses parents.

Il ne pouvait pas se confier. Après tout, qui comprendrait ? Comment peut-on comprendre un acte aussi stupide et lâche. Avoir un accident est une chose, cela arrive. Mais Julian avait bu ce jour-là, et puis il s'était enfui. Ces deux choses étaient loin d'être pardonnables. Il n'a pas été puni par la justice car personne n'a de preuves pour l'inculper, mais son esprit le puni chaque soir en ressassant ses images horribles. C'est une punition assez grande pour ce gamin pour le moment.

On était lundi, et New York arborait un soleil magnifique.Le jeune homme se rendit à son ancienne salle de sport pour s'entrainer un peu. Puis il partit se promener en ville. Il était encore très tôt.

Le jeune homme se rendit dans le centre de la ville. Un de ses vieux potes : Colin McKinley l'avait appelé pour lui proposer de venir boire un café avec lui. Colin jouait dans la même équipe que lui au lycée, ils se connaissaient depuis des années et faisaient toujours des soirées de beuverie ensemble. C'est donc avec plaisir que Julian accepta son invitation. Il avait hâte de le revoir et de se remémorer tout ces bons souvenirs avec lui.

Il arriva au café et vit Colin, qui était déjà assis à une table. Il lui fit un signe de main et le rejoignit. Il n'avait pas changé le moins du monde : cheveux bouclés indomptable et une petite barbe de trois jours. Les retrouvailles furent très chaleureuses et très amusantes. Julian n'avait pas autant rit depuis un bon moment.

- Alors vieux pourquoi tu nous as abandonné pendant un an ?
- Mes parents ont insistés pour que je fasse une année d'étude à l'étranger. Il pensait que ça pourrait être bénéfique pour moi. Et puis je dois avouer que les française sont très libérés.

Et s'en suit encore quelques rires, et quelques blagues sur les belles petites françaises. Julian avait pris du bon temps là-bas. Il s'était amusé. Pas de relation sérieuse, non ça avait été inutile de s'attacher puisqu'il n'était là bas que pour une année. Mais elles avaient été un chouette passe temps.

Julian regarda son téléphone, sa mère venait de lui envoyer un message, lui demandant s'il n'était pas trop stressé pour son premier jour à l'hôpital.

*ET M*RDE*

Voici une chose qui était totalement sorti de son esprit. Aujourd'hui, il devait se rendre à l'hôpital, il avait rendez vous à neuf heures. Etant donné qu'il était 8h45, il allait forcément être en retard. Se rendre à l'hôpital en moins d'un quart d'heure était mission impossible. Mon dieu comment avait-il pu oublié une chose aussi importante. Il expliqua rapidement la situation a Collin et se mit à courrir jusqu'à sa voiture, le chemin fut stressant. Il arriva à l'hôpital de Brooklin a 9h05. Il avait eu de la chance avec la circulation mais il était déjà dans de beaux draps avant même d'avoir commencer. Il se changea en vitesse et demandit à l'accueil om il pouvait trouver le médecin qu'on lui avait assigné : le docteur Kalyani Darcher.

La femme lui indiqua précisement où elle était. Mais quand il se pointa devant elle, il avait quand même déjà plus d'un quart d'heure de retard.

*Quel super première impression tu lui donnes, félicitations gamin.*

- Bonjour Docteur, je suis désolé de mon retard mais mon chien courait après un chat et moi je courais après mon chien du coup ça a duré un petit moment.

*Que ...quoi ... Mais qu'est ce que tu racontes. On va dire que tu n'es pas très doué pour mentir sous pression. Si elle y croit, va te payer un billet à la loterie mon pauvre.*

Julian se tenait donc devant ce docteur, assez stressé, se demandant ce qui allait bien lui arriver par la suite.

- Vous êtes très en beauté aujourd'hui.

*Tais toi, tais toi, tais toi. N'ouvre plus la bouche maintenant. C'est ton boss, pas ta conquête du soir, alors ne parle plus si c'est pour dire des choses pareilles.*



par humdrum sur ninetofivehelp
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN ∞ Adulez-moi

avatar

Crédits : Poupi
Messages : 4311
Points : 19672
Date d'inscription : 17/05/2014
Age : 32
Je vis à : Manhattan
Métier : Médecin
MessageSujet: Re: Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con. Lun 4 Jan - 1:50


There is no substitute for hard work
Julian & Kaly

« Kaly, j’aurais besoin que tu t’occupes d’un nouvel étudiant. Il s’appelle Julian Evans et devrait arriver début de semaine prochaine »

Kaly n’avait pas été ravie par cette nouvelle. Que Jimmy lui fasse confiance pour les nouveaux la flattait mais la jeune femme avait accumulé pas mal de retard dans ses dossiers avec ses absences dernièrement. Bon ce n’était pas de sa faute si elle avait eu cet accident mais cela n’avait pas fait du bien à sa charge de travail. James avait fait de son mieux pour la décharger mais il y avait des choses qu’elle ne pouvait pas encore le laisser faire en toute autonomie. S’occuper d’un nouveau demandait beaucoup de temps. Au moins, Kaly aurait un prétexte pour rester à l’hôpital. Sa vie était devenue assez compliquée. Enfin elle se la compliquait elle-même fallait bien l’avouer. Elle avait beau être un médecin réputé et respecté par ses pairs, au niveau de sa vie privée, elle était pire qu’une adolescente. La jeune femme n’avait jamais su gérer ses relations comme n’importe quel être humain normalement constitué et tout ce qui se passait avec Alex la mettait dans un tel état qu’elle préférait faire la politique de l’autruche. Tout compte fait, la venue de ce nouveau allait peut-être lui faire du bien.

Elle essaya donc tant bien que mal d’avancer un maximum pour consacrer du temps au ptit nouveau le jour de son arrivée. Mais allez savoir pourquoi c’est quand on a besoin de temps que c’est ce qui vous manque le plus à ce moment là. La fin de semaine fut effroyable pour le médecin. Les accidents en tout genre défilèrent aux urgences. Kaly aurait passé ses journées et ses nuits sur son lieu de travail si Melo ne l’attendait pas à l’appartement. Ce n’était que pour son chien qu’elle rentrait. Dit comme cela, c’était un peu pathétique. Et surtout cela faisait vraiment vieille fille. Une vieille fille de 29 ans qui n’avait que pour compagnie son chien et un travail dans la vie. Elle tenait Alex au courant de ses déboires professionnels bien sur mais du coup elle n’avait pas vraiment le temps pour lui. Était-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Dans l’état d’esprit actuel de la jeune femme, elle pencherait plus pour la première solution. Mais ça c’était son total manque de confiance en elle qui parlait. En vrai, Alex lui manquait énormément. Les sensations qu’elle éprouvait lorsqu’elle était avec lui, lui manquaient aussi. Bref c’était tellement compliqué…

Le jour de l’arrivée de Julian arriva et la pile de dossiers de Kaly avait à peine diminué. Elle avait passé la nuit à l’hôpital suite à un accident de la route et n’avait donc pas fermé l’œil. Elle était épuisée. Pourtant elle était passée chez elle en coup de vent afin de faire un câlin à Melo et de le nourrir.

« Excuses moi mon Melo… Je suis vraiment nulle comme maîtresse hein ? J’ai l’impression que ma maison c’est l’hôpital en ce moment et je ne prends pas assez de temps pour toi… »


Le chien se rapprocha d’elle et posa sa tête sur les genoux de sa maîtresse. Kaly le caressa un instant en souriant.

« T’es vraiment un amour tu sais ? Promis, je dégagerai du temps pour toi ! Et on ira voir Alex d’accord ? »

A l’évocation du nom d’Alex, Melo se mit à japper joyeusement ce qui fit rire la brune.

« Oui je sais, tu l’aimes ! On va aller le voir promis ! A moi aussi il me manque… »

Une dernière caresse et Kaly reprit le chemin de l’hôpital. Avec sa moto, elle atteignit rapidement le bâtiment. Il était à peine 8h du matin mais elle avait déjà plus de 24h de boulot derrière elle. Et une longue journée l’attendait… Il lui fallait du café et en intraveineuse si possible ! La jeune femme entra dans son bureau et se posa sur sa chaise en se massant les tempes. Bon sang ce n’était pas le moment pour une migraine ! On toqua alors à la porte et James – son interne – fit son apparition avec un mug fumant entre les mains. Mug que Kaly prit avec empressement.

« J’ai pensé que vous en aurez besoin après la nuit de folie que vous avez passé… »

Kaly lui sourit avec reconnaissance. James était vraiment parfait !

« Merci ! Si tu savais comme j’en ai rêvé ! Je ne te le fais pas dire ! Je n’ai jamais vu un carambolage pareil ! Mais dis moi ! Qu’est ce que tu fais là ? T’es censé être en cardio pour deux jours… »

James lui fit un petit sourire en répondant

« J’y vais… Je voulais juste vous apporter un petit café de réconfort et essayer de voir le petit nouveau ! »

Kaly rigola de bon cœur

« Il n’arrive qu’à 9h. Mais on viendra te rendre une petite visite. Tu prendras part à son éducation toi aussi après tout ! »

James parti, Kaly se plongea dans ses dossiers. Jetant un petit coup d’œil à sa montre, elle constata que son nouvel étudiant avait déjà cinq minutes de retard. Fronçant les sourcils, elle se dit que ce n’était vraiment pas bon signe tout ça. Il arriva dix minutes plus tard. Elle l’écouta parler sans dire mot. Si James aurait été là, il aurait déjà vu les signes de sa colère. Mais Julian était encore un petit bébé et son comportement le prouvait bien. Lorsqu’il se tut enfin, Kaly laissa le silence s’installer. Elle se contenta de le regarder pendant cinq bonnes minutes. Un silence qui devait être passablement inconfortable pour le petit étudiant qu’elle avait en face d’elle vu comment il s’agiter sur sa chaise mais c’était fait pour. Kaly avait la réputation d’être très dure envers ses étudiants. Elle les chouchoutait et faisait tout son possible pour qu’ils apprennent dans les meilleures conditions possibles mais elle attendait d’eux une attitude irréprochable en retour. Elle voulait du sérieux et du travail. Et là Julian cumulait deux mauvais points. Son histoire à dormir debout était bon pour les enfants mais pas pour quelqu’un qui prétendait vouloir devenir médecin un jour.

Lorsqu’elle prit la parole, ce fut pour dire d’une voix froide

« Vous avez quinze minutes de retard Docteur Evans. Avant de commencer, il faut que vous sachiez trois choses.
1/ j’exige de la part de mes étudiants de la ponctualité. Je m’en fiche de savoir que votre chien voulait manger votre chat ou quoi. Quand je vous dis d’être ici pour 9h, vous êtes là pour 8h55 minimum.
2/ la flatterie ne marche par sur moi alors gardez vos compliments pour les autres.
3/ quand vous êtes ici, vous m’obéirez. Quand je vous dis de faire quelque chose, vous le faites. Les cas que je vous donne, j’attends que vous les connaissiez sur le bout des doigts.
Compris ? »


Le regard planté dans celui de Julian, Kaly laissa quelques secondes au jeune homme de bien les imprimer.

« Vous avez une garde de 24h qui vous attend. Comme vous êtes arrivé à 9h15 vous ne serez libéré qu’à 9h15 demain matin. Maintenant je vais vous faire faire le tour de l’hôpital puis nous reviendrons ici. »

Se levant, Kaly se dirigea vers la porte. La main sur la poignée, elle se retourna vers son étudiant

« Bienvenue au Brooklyn Hospital Center Docteur Evans. »

acidbrain

_________________
Stop letting fear rule your life
«So then learn to conquer your fear. This is the only art we have to master nowadays: to look at things without fear, and to fearlessly do right.»
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Re: Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con. Lun 4 Jan - 3:09



Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.



Kaly & Julian



Bébé Julian n'avait pas manqué l'occasion de se faire remarquer dés le premier jour de son stage. En même temps, ce genre de chose lui arrivait assez souvent. Au lycée il était champion pour arriver en retard en cours, surtout les jours ou sa mère travaillait tôt et ne prenait pas le temps de le réveiller. Oui ce jeune homme de vingt trois ans était un vrai gamin au fond de lui. Encore aujourd'hui, sans sa mère, il aurait surement eu plus de quize minutes de retard. Malheureusement, il ne pouvait pas compter sur sa maman tout le temps. Encore plus maintenant qu'il était en coloc avec deux autres mecs. Il se voyait mal demander à l'un des deux garçons de le réveiller pour qu'il ne soit pas en retard à l'école.

*Mon pauvre Juju, il va falloir que tu grandisses. Que c'est dur la vie.*

Bref, de toute manière, il était en retard et le docteur n'avait pas l'air si commode que ça. Après une vaine tentative de mensonge et de compliments, il comprit vite qu'il ne s'en sortirait pas si facilement. La femme le fixa pendant cinq minutes. Généralement cinq minutes c'est pas bien mais un silence pendant ce laps de temps, c'est juste horriblement long et ennuyant. Mais voilà, visiblement la punition du gamin était de rester silencieux devant sa "patronne". Il avait l'impression d'être en maternelle, quand il était envoyé au coin après une bêtise. Rester calme et silencieux face à un mur, mon dieu quel ennui.

Est-ce qu'elle allait continuer comme ça longtemps ? Parce que franchment, si c'était le cas, Ju se mangerait bien un truc en même temps, pour au moins faire quelque chose de ce temps perdu. Mais vu son retard, il n'avait pas le droit de faire quoi que ce soit qui risquait d'empirer son cas.

Et finalement elle ouvrit la bouche. Elle rappela au jeune homme qu'il avait quinze minutes de retard, comme s'il ne s'en souvenait pas. Elle lui annonça qu'il devait savoir trois choses avant de commencer. En premier lieu, la ponctualité semblait très importante, et elle exigeait qu'il soit à l'heure, pire qu'il soit en avance. Déjà qu'il avait du mal à être à l'heure en général, être en avance semblait être une mission impossible pour le petit Julian. Et elle annonça qu'elle s'en fichait que son chien avait manger son chat.

- Non en fait il courrait après un chat.

*Es-tu vraiment obligé de l'ouvrir ? Apprend à te taire gamin.*

Deuxième point, la flatterie ne marcherait donc pas avec elle. Très bien, il pouvait totalement supprimer de son cerveau, tous les compliments qu'il avait préparé à l'avance pour l'amadouer, c'était bon à savoir. Et pour finir, il devait lui obéir et connaître les cas sur les bouts des doigts. Et bien dis donc, elle n'avait vraiment pas l'air commode celle-là. "Merci papa et maman pour m'avoir embarquer là-dedans". Elle lui laissa quelques secondes de répit avant de lui annoncer qu'il avait une garde de vingt quatre heures qui l'attendaient. Vu les grands yeux ronds, le jeune homme n'avait pas pu cacher sa surprise. Mon dieu, il allait être épuisé après ce premier jour de stage. Nanani nanana encore une reflexion sur son retard puis elle annonça qu'ils allaient faire un tour de l'hôpital.

*Fais semblant d'être content d'être là, gamin.*

Ce n'était pas qu'il n'était pas content d'être là, mais le caractère froid et l'annonce des vingt quatre heures de cours l'avait légèrement refroidi.

*Et si tu faisais une petite blague pour commencer.*

- Vous savez ce qu'est le comble pour un medecin ? De verifier si un crayon a bonne mine.

*Non mais il l'a fait, vas y je démissionne, trouve toi une autre conscience, conseiller en vie. Tu me fatigues.*

Certes, Julian devait apprendre à réfléchir cinq minutes avant d'agir ou de parler, c'était un gros défaut. Surtout qu'il avait déjà l'image d'un gars en retard, elle allait surement le prendre pour un gamin maintenant. Il fallait qu'il se rattrappe mais visiblement à chaque fois, il faisait pire que mieux.

- Excusez ma maladresse, je suis assez nerveux pour ce premier jour.

*Et un peu à l'ouest.*

Si ses souvenirs étaient bons, ce docteur travaillait aux urgences. Ca ne pouvait être qu'intéressant. Bon le pire pour lui était qu'il tombe sur un cas d'un accident de voiture. Mais bon personne ne pouvait avoir la poisse à ce point, n'est ce pas ? Bon il ne fallait sans doute pas penser à ça maintenant. De toute façon, l'heure était à la visite des lieux pour le moment. Il allait pouvoir découvrir l'endroit où il allait passer une majeure partie de son temps cette année. Cette femme allait être son mentor, il espérait que leurs relations allaient s'arranger parce qu'il n'était pas vraiment bien parti.

- Mais je suis super motivé, alors on va pouvoir commencer à travailler et bien s'amuser.


*Bien s'amuser ? Mais s'il te plait arrête de parler maintenant, et écoute là. Sans rajouter un mot, n'ouvre plus ta grande bouche Ju'.*




par humdrum sur ninetofivehelp
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN ∞ Adulez-moi

avatar

Crédits : Poupi
Messages : 4311
Points : 19672
Date d'inscription : 17/05/2014
Age : 32
Je vis à : Manhattan
Métier : Médecin
MessageSujet: Re: Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con. Dim 31 Jan - 22:32


There is no substitute for hard work
Julian & Kaly

Kaly ne se rappelait que trop bien de son premier jour à l’hôpital. Elle avait été tellement stressée qu’elle n’avait pas pu dormir la veille au soir et avait été la première arrivée avec plus d’une heure d’avance. Le médecin n’attendait pas ça de la part de ses étudiants mais elle voulait voir un minimum de stress et de motivation. Et là clairement, Julian Evans ne lui avait montré ni l’un ni l’autre. Sans compter le fait qu’il la prenait pour une idiote avec ses histoires à dormir debout. Le médecin le lui fit bien comprendre en lui édictant les trois règles qu’elle donnait à tous les petits nouveaux. Il l’interrompit en rectifiant son histoire ce que Kaly n’apprécia guère. Elle détestait qu’on l’interrompe pour ce genre de choses et jeta un regard aussi froid que de l’acier à son étudiant. Elle se contenta de le regarder sans dire mot. C’était une des spécialités de la brune ça. Généralement cela marchait assez bien sur les petits nouveaux, impressionnés par ces premiers jours à l’hôpital. Pourtant, elle sentait que Julian allait être un tout nouveau défi pour elle. Déjà, il ouvrait les yeux comme des soucoupes à l’évocation de sa garde. Preuve qu’il n’avait pas lu la lettre de l’hôpital où tout était expliqué…

Elle se leva donc en lui expliquant qu’ils allaient faire un tour de l’hôpital. Julian en profita alors pour tenter une pauvre blague. Kaly réprima le sourire qui lui montait aux lèvres. C’était une blague nulle mais elle adorait ce genre de plaisanteries. Elle était toujours la première à rire de ce genre de conneries mais ne voulait pas lui faire le plaisir de le lui faire voir ça dès le premier jour. La jeune femme se contenta de ne pas relever sa blague. D’ailleurs, il s’excusa tout de suite après. Kaly se radoucit un peu et lui dit avec un peu plus de chaleur dans la voix

« Ne vous inquiétez pas. On ne vous demandera pas grand-chose le premier jour. Essayez juste de ne pas faire de bêtises. Observez tout, faites vous petit et tout ira bien… »

Il reprit la parole et ce qu’il lui dit arracha un petit rire au médecin. Un vrai gamin ce petit. Cela la changeait de James qui était tellement stressé qu’elle devait passer son temps à le rassurer pour lui donner confiance en lui. Il s’était nettement amélioré maintenant et Kaly était vraiment fière du médecin qu’il était en train de devenir. Reste à espérer que Julian suive l’exemple de son prédécesseur. Mais pour cela, il en avait tout le temps de le voir. James faisait encore parti des étudiants de Kaly et Julian aurait tout le temps d’observer son aîné et d’apprendre de lui. James serait un bon exemple pour ce jeune qui lui semblait encore être un grand enfant.

« Vous amusez ? Espérez juste que vous ne tuerez personne lors de votre première semaine ici Docteur Evans… »

Tout en parlant, Kaly s’était retournée vers lui pour lui faire un petit sourire. Elle ne pouvait pas non plus le laisser être tétanisé par la peur. Si jamais il se passait quoique ce soit, elle avait besoin que Julian soit assez concentré pour ne pas faire de connerie. De toute façon, elle serait là pendant toute la durée de la garde de Julian. C’était ce qu’elle faisait tout le temps. Kaly ne laissait jamais un de ses étudiants seuls lors de sa première garde. Et même si là, cela faisait 24h qu’elle était à l’hôpital, la jeune femme ne comptait pas laisser Julian seul aujourd’hui. Tant pis pour ses heures sup. La direction allait encore râler mais c’était un moindre mal. Kaly pensait que le premier contact avec ses étudiants était ce qui allait déterminer le reste de leur relation. Elle avait besoin de leur montrer qu’ils pouvaient compter sur elle et lui faire confiance. Qu’elle était là pour les accompagner durant les années qu’ils allaient passer ici.

Ils commencèrent à marcher et tout le long, Kaly lui expliquait tout ce qu’il voyait. C’était beaucoup à retenir pour un premier jour et elle le savait mais au moins il en avait une vue d’ensemble. Ils arrivèrent devant des chambres et Kaly se retourna alors vers Julian

« Dans cette chambre se trouve Monsieur Grimson, 63 ans. Sa femme a appelé les secours car son mari n’arrivait plus à respirer. Il est ici pour des examens. Ça sera un de vos cas. Demain matin lors des visites, ça sera vous qui exposerez son cas devant le chef de cardio. »

Pénétrant dans la chambre, Kaly s’approcha du vieil homme et lui fit un grand sourire

« Bonjour Monsieur Grimson. Comment ça aujourd’hui ? Je vous présente le docteur Evans. Il va prendre soin de vous pendant votre séjour parmi nous. Si vous avez besoin de quelque chose, n’hésitez pas à le lui demander. »

Tout en parlant, Kaly avait fait un examen rapide.

« Docteur Darcher, ça irait bien mieux si vous vous décidiez enfin à me donner votre numéro ! Ma femme n’arrête pas de me tanner pour que je vous présente à son neveu… »

Le vieil homme se tourna vers Julian et poursuivit

« Eh petit ! Si tu arrives à la convaincre, je te promets que je te réveillerai pas cette nuit pour me changer ! »

Kaly éclata de rire devant la répartie de son patient.

« Ne commencez pas à corrompre mes étudiants Monsieur Grimson ! De toute façon, il a bien plus peur de moi que de vous ! »  

acidbrain

_________________
Stop letting fear rule your life
«So then learn to conquer your fear. This is the only art we have to master nowadays: to look at things without fear, and to fearlessly do right.»
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Re: Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con. Dim 13 Mar - 21:35



Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.



Kaly & Julian



Julian est ce genre de garçon qui fait un peu des gaffes au quotidien. S'il y a une chose à ne pas dire à un moment donné, il le dira. Et malheureusement on peut vite s'apercevoir que sa maladresse n'est pas que dans sa vie privée. Aujourd'hui pour son premier jour de boulot, Julian accumulait les gaffes. Et pourtant ça ne faisait vraiment pas très longtemps qu'il était arrivé. Il était arrivé en retard, avait essayer d'amadouer son mentor avec un compliment sur son physique, et venait maintenant de sortir une blague complétement stupide. Etait-il possible de mettre sa bouche en mode off pendant cinq minutes pour qu'il évite de s'enterrer encore plus ?

Puis en plus sa blague était vraiment pourri. Il n'était pas forcément un grand spécialiste de l'humour mais généralement arrivait à faire rire les gens. Avec une blague comme celle-ci, il allait peut être encore se faire réprimander. Il décida donc de prendre les devants et de s'excuser tout de suite après en expliquant qu'il était plutôt stréssé à cause de cette première journée à l'hôpital. Le Docteur Darcher le rassura rapidement en lui annonçant que généralement on ne demandait pas grand chose aux étudiants lors de leur premier jour. Il devait juste se tenir à carreaux et ne pas faire de bêtises. Julian reprit la parole en annonçant qu'il était vraiment motivé et qu'ils pouvaient commencer à s'amuser.

Encore une fois que de maladresse. En effet "s'amuser" n'était peut être pas la meilleure chose pour décrire une journée de travail à l'hôpital avec des personnes malades. Mais bon Julian était un petit original dans l'âme. Bon le Docteur le reprit tout de suite en lui annonçant qu'il devait juste espérer ne tuer personne aujourd'hui.

Heureusement la jeune femme se retourna pour faire un petit sourire au jeune homme, ce qui le rassura quelque peu. Il n'avait pas l'intention de tuer quelqu'un aujourd'hui, mais en effet c'était son premier jour alors il ne savait pas vraiment ce qu'il devait faire. Ils firent un petit tour ou le Docteur lui expliqua un peu tout ce qu'il fallait savoir sur le service, sur les patients, sur les instruments. Cela permit au jeune homme d'avoir une bonne vue d'ensemble avant de vraiment rentrer dans le sujet.

Kali et Julian s'arrêtèrent devant la chambre d'un patient. La jeune femme se tourna vers lui et commença à lui expliquer le cas. Homme d'une soixantaine d'année, amené ici par les secours pour gêne respiratoire. Ce serait donc l'un de ses cas, et de plus il devrait le presenter demain pendant les visites devant le chef de Cardio. Julian notait tout ça dans sa mémoire. Pour l'instant, il arrivait à bien mémoriser tout ce qu'on lui racontait, ce qui était sans doute une bonne chose.

Les deux rentrèrent donc dans la chambre. Le Docteur Darcher commença à discuter avec son patient, puis le présenta au patient. Visiblement le patient était plus intéresser pour avoir le numéro de son Docteur plutôt qur pour parler de ses problèmes de santé. Puis tout d'un coup, le vieux monsieur l'invita à prendre part à la conversation. S'il réussisait à avoir le numéro de son mentor, le vieux ne le réveillerai pas ce soir. Intéressant comme deal. Kaly éclata de rire et annonça que Julian avait plus peur d'elle que de lui.

- Non et puis, si j'arive à avoir son numéro, je le garde pour moi.

Lança le jeune homme avec un sourire. Il avait sorti cette phrase sans vraiment réfléchir. En fait c'était bien ça le problème de Julian, il ne réfléchissait pas le moins du monde avant de parler.

*Ca fait pas très professionnel mon petit, tu veux vraiment te la mettre à dos ou quoi ?*

Julian avait légèrement rosie des joues, ne sachant plus vraiment où se mettre. Il savait qu'il avait dit quelque chose d'un peu déplacé qui n'avait surement pas sa place dans un contexte professionnel. Mais pour le coup il n'avait pas la moindre idée de comment se sortir de ce pétrin.

- Monsieur Grimson, je vais vous faire un petit examen rapide.

Le jeune homme commença donc à examiner le patient. Il voulait essayer de se ratrapper et d'avoir l'air un minimum professionnel. Muni de son stéthoscope, il écouta son coeur, puis sa respiration. C'est vrai que la respiration semblait bizarre mais Julian était incapable de mettre un mot là dessus. A la fin de son examen, Julian se tourna vers Kaly, le regard suppliant, un regard de bébé perdu dans un grand magasin.

- Qu'est ce que je fais maintenant ?

Murmura t-il. Enfin pas assez bas pour que le patient de l'entende pas du moins.




par humdrum sur ninetofivehelp
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN ∞ Adulez-moi

avatar

Crédits : Poupi
Messages : 4311
Points : 19672
Date d'inscription : 17/05/2014
Age : 32
Je vis à : Manhattan
Métier : Médecin
MessageSujet: Re: Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con. Sam 23 Avr - 23:00


There is no substitute for hard work
Julian & Kaly

Sous le stress, chacun réagissait différemment. Kaly, elle, adorait cette tension qui se dégageait de l’hôpital, qui se dégageait lors des urgences. C’était comme si tous ses sens étaient aiguisés. Elle pouvait sentir le sang qui coulait dans ses veines, le moindre bruit, le moindre souffle qui se dégageait. L’adrénaline. C’était ça qui la tenait. Cette pression des urgences, Kaly l’adorait. Cela lui permettait de ne penser à rien d’autre. Rien d’autre qu’à cette vie qui dépendait d’elle. C’était ce qu’elle voulait transmettre à ses étudiants. Cette passion qu’elle avait pour son métier. Elle ne voulait pas comme étudiant des personnes qui ne faisaient ça que pour l’argent ou la gloire. C’était les pires selon elle. Il y avait bien quelques têtes à claques ici mais globalement, elle était bien tombée. Les étudiants qui lui avaient été confiés avaient tous ce petit quelque chose qui faisait que leurs yeux brillaient. C’était cette lueur que Kaly aimait cultiver chez eux. Et elle voulait que Julian ait cette lueur lui aussi. Jusqu’à présent, il n’avait rien montré de semblable… Mais bon, c’était son premier jour et il devait être passablement stressé. Et Kaly savait que le stress pouvait faire dire des choses un peu insensées. Du moment qu’il ne faisait pas n’importe quoi c’était ce qui comptait le plus pour Kaly. Et puis, il ressemblait encore à un bébé ce qui faisait doucement sourire la jeune femme.

Ils pénétrèrent dans la chambre de Monsieur Grimson. C’était un habitué des lieux et Kaly suivait son cas depuis sa première admission deux auparavant. C’était un patient qu’elle affectionnait particulièrement. Elle passait souvent les voir lui et sa femme en dehors. C’était toujours des visites de courtoisie mais elle en profitait toujours pour examinait le vieil homme. La brune savait qu’ils ne roulaient pas sur l’or alors dès qu’elle pouvait passer les voir, elle le faisait. Cela leur évitait pas mal de tracas et elle les aimait bien. Sauf quand ils essayaient de la caser avec le neveu de Madame…

« Eh beh ! Votre étudiant n’a pas froid aux yeux Docteur ! Je l’aime bien ! »

Le vieil homme était mort de rire et Kaly n’en menait pas large. Mais elle finit par prendre le parti d’en rire

« Je les sélectionne rien que pour vous clouer le bec Monsieur Grimson ! », lui répondit-elle du tac au tac en le gratifiant d’un petit clin d’œil.

Elle fit signe à Julian de commencer l’examen. Mais comme elle s’y attendait, c’était encore un bébé aussi s’approcha-t-elle de lui pour lui dire exactement quoi faire.

« Ce que vous entendez là c’est un petit souffle au cœur. Jusqu’à présent Monsieur Grimson le contrôle assez bien donc pas besoin d’opérer. Votre travail est de lui faire les examens standard. Emmenez-le faire un scan et une fois que ce sera fait, vous viendrez me voir avec les résultats. »

Kaly regardait le jeune homme pour être sûre qu’il avait bien tout compris. Elle voulait qu’il prenne conscience que Monsieur Grimson était de sa responsabilité maintenant aussi elle se devait de rajouter

« Docteur Evans, quand le Docteur Cameron fera sa ronde demain, ce sera à vous de lui présenter le cas de votre patient. La vie de Monsieur Grimson est de votre responsabilité maintenant… »

La jeune femme regarda son patient avec un petit sourire. Il avait déjà vu cette scène deux ans auparavant. Elle avait fait le même coup à James. Elle le voyait qui la regarder d’un air goguenard alors elle lui fit un petit clin d’œil discret. Puis reportant son attention sur son étudiant, elle rajouta d’une voix douce.

« Mais je serais ici Julian. Si vous avez le moindre doute ou la moindre question, je serai là. Maintenant emmenez le passer son scan. »

acidbrain

_________________
Stop letting fear rule your life
«So then learn to conquer your fear. This is the only art we have to master nowadays: to look at things without fear, and to fearlessly do right.»
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.

Revenir en haut Aller en bas

Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Kaly ▬ Tu te consumes de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout autrement tu passes forcément pour un con.
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» réglement intérieur
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» COMME DU CHOCOLAT, DUR À L'EXTÉRIEUR, MAIS AU COEUR FONDANT À L'INTÉRIEUR - 02/10 À 18H07

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WRITTEN IN THE STARS :: Anciens RP-